Discipline positive : 23 techniques

Discipline positive

Tous les parents veulent le meilleur pour leurs enfants, mais parfois nous n'avons pas les connaissances nécessaires pour agir correctement. Éduquer n'est pas une tâche facile. Pour cette raison, il est essentiel d'avoir des ressources pour nous aider à agir avec compréhension et bienveillance. La discipline positive est cet outil d'éducation des enfants par la coopération et le respect mutuel entre parents et enfants. Regardons de plus près.

QU'EST-CE QUE LA DISCIPLINE POSITIVE ?


La discipline positive a été développée par le psychothérapeute Alfred Alder et son apprenti Rudolf Dreikurs. Plus tard, Jane Nelsen et Lynn Lott (fondatrices de l'American Association of Positive Discipline) ont réglementé ses principes et ses techniques.

Souvent, lorsque nous entendons le mot « discipline », nous l'associons à des facteurs négatifs, mais le vrai sens de ce mot est « disciple ». Nous pourrions voir nos enfants comme des disciples qui ont besoin de notre aide pendant leur développement, afin d'être libre, heureux et indépendant à l'avenir.

FRIM & GENRE


Plusieurs études ont montré que les enfants ont besoin de créer des relations significatives avec les personnes les plus proches d'eux, comme leurs parents, leurs amis ou leurs enseignants. Les enfants qui entretiennent ces liens forts se comportent généralement mieux. La discipline positive est basée sur la prémisse "Firm & Kind" et renforce ces liens à travers respect, entente, leur amour-propre, et communication.

PRINCIPES DE BASE


POURQUOI LES ENFANTS SE COMPORTENT-ILS MAL


Les enfants sont des enfants et parfois ils peuvent nous désespérer quand ils ne font pas ce que nous attendons.

Mais c'est peut-être là la première erreur : « attendre quelque chose d'eux ». Premièrement, nous ne devrions pas nous attendre à ce que leur comportement soit dans un sens ou dans l'autre. Il faut comprendre qu'ils ne communiquent pas comme les adultes communiquent, il faut donc déchiffrer le message qu'ils essaient de faire passer.

Discipline positive
Discipline positive pour éduquer

Rudolf Dreikurs a mentionné : « Lorsque les enfants ne se comportent pas bien, ils essaient de dire quelque chose d'une manière différente de celle d'un adulte et, par conséquent, nous le percevons comme une mauvaise manière, sans nous arrêter pour penser que c'est peut-être la seule façon dont ils peut/sait s'exprimer ». Les raisons peuvent être multiples ; réclamer notre attention, l'ennui, la faim, etc. C'est pourquoi ces important de faire preuve d'empathie avec nos enfants pour connaître la vraie raison of leurs comportements.

DISCIPLINE POSITIVE NE SIGNIFIE PAS PERMISSIVE


La discipline positive ne signifie pas son absence ou une excès de permissivité. Elle ne ressemble pas non plus à une discipline punitive (basée sur la punition), puisqu'elle fait apprendre aux enfants en se sentant mal et en ayant peur. Avec une discipline positive, nous recherchons des résultats à long terme. L'objectif est que les enfants comprennent pourquoi certaines choses sont mauvaises et pourquoi ils ne devraient pas les faire. On n'impose pas de punitions sans savoir si les enfants ont vraiment compris pourquoi ils ne devraient pas agir de certaines manières.

23 TECHNIQUES ET CONSEILS DE DISCIPLINE POSITIVE


1. Auto-surveillance

De nombreux parents perdent beaucoup d'énergie à essayer de contrôler leurs enfants, mais le seul comportement que nous pouvons vraiment contrôler est le nôtre. C'est à nous d'adopter une attitude qui profite à notre la santé mentale et ne pas laisser les situations difficiles nous submerger. Nous pouvons rediriger le comportement de nos enfants et/ou leur dire ce qu'ils peuvent faire, au lieu de concentrer notre attention sur ce qu'ils ne devraient pas faire. Transmettre la sécurité et le calme profitera à la relation avec nos petits.

2. Communication

C'est la base de toute relation. Nous devons essayer de chercher des moments pour nous connecter avec nos enfants. Par exemple, aller prendre une collation après l'école, prendre le petit déjeuner ensemble tous les matins avant d'aller à l'école ou même organiser des réunions de famille. Rester en contact avec nos enfants et être au courant des éventuels problèmes qu'ils peuvent avoir à l'école, aux activités parascolaires, etc., nous aidera à comprendre leur comportement.

3. Montrez votre intérêt

Renseignez-vous sur les intérêts, les passe-temps et les préférences de nos enfants. Faire en sorte que les enfants se sentent valorisés renforce leur estime de soi et leur bien-être. Évitez de demander « As-tu fait tes devoirs ? » des questions. Si vous savez qu'il n'a pas fait ses devoirs. On peut le remplacer par des phrases comme : « Je me rends compte que tu n'as pas fait tes devoirs ». De cette façon, nous éviterons aux enfants de se sentir piégés par nos questions.

4. Écoutez vraiment

Aussi petits soient-ils, ils ont leurs propres sentiments et émotions, écouter ce qu'ils nous disent nous aidera à comprendre leurs comportements. À travers eux, nous avons la possibilité de transformer le monde d'une manière nouvelle et surprenante, comme lorsque nous étions enfants.

5. Comprendre

Essayez de comprendre ce qui se cache derrière un mauvais comportement ; il peut s'agir de la fatigue de l'école, d'activités parascolaires, d'avoir faim, d'avoir une mauvaise journée ou d'être mal à l'aise avec quelque chose en particulier. Découvrir ce qui leur arrive réellement nous aidera à adopter des solutions efficaces.

6. Ferme mais gentil

Soyez ferme dans vos décisions mais gentil en même temps. Faites preuve de compréhension pour eux mais ne cédez pas. Par exemple, l'enfant veut jouer à la vidéo jeux quand ils rentrent à la maison mais ont des devoirs à faire. Une attitude « ferme et aimable » serait : « Je sais que tu veux jouer aux jeux vidéos, mais tu dois d'abord faire tes devoirs et ensuite tu pourras jouer ».

7. Soyez un exemple

Les enfants ont de nombreuses façons d'apprendre, l'une des plus connues étant l'imitation. Si nous essayons d'empêcher nos enfants de se comporter de certaines manières, nous devons être un exemple pour eux et faire coïncider nos paroles avec nos actions. C'est-à-dire que nous ne pouvons pas leur dire de ne pas utiliser leur téléphone lorsque nous mangeons, mais de l'utiliser nous-mêmes. Être un exemple est fondamental pour qu'ils développent des principes et des valeurs positives, il est donc également important de se demander constamment quelles erreurs nous commettons et d'essayer de nous améliorer chaque jour.

8. Faites attention à l'effort plutôt qu'au succès

Il est très courant de se concentrer sur le succès plutôt que sur les efforts déployés. Nous voulons tous que nos enfants soient les meilleurs à l'école et dans d'autres activités, mais cela demande du temps et des efforts qui doivent être valorisés encore plus que le succès. Imaginez que notre enfant échoue à un examen. Nous convenons qu'il ne s'agit pas d'une note très élevée, mais nous devons garder à l'esprit garder à l'esprit que l'enfant s'est amélioré, nous devons donc concentrer notre attention sur cela.

9. Cherchez des âmes qui impliquent des enfants

Imaginons que notre enfant joue dans la chambre. Lorsque nous allons les appeler pour se mettre à table pour le dîner, nous remarquons qu'ils ont peint le mur avec des crayons de couleur. Une solution qui implique l'enfant serait de lui dire de nettoyer le mur, ou de le nettoyer ensemble.

10. Prendre ses responsabilités

Apprenez-leur à assumer la responsabilité de leurs propres actions. De cette façon, ils apprennent à relier les actions aux conséquences. On peut essayer des phrases comme : « Comme tu as fait tous tes devoirs maintenant, on peut aller au parc ».

11. Actions de redirection

Redirigez les actions qui ne sont pas appropriées de manière douce et subtile. Imaginez que vous êtes dans le parc et que vous vous balancez depuis longtemps et que d'autres enfants veulent monter sur la balançoire. Nous pouvons gentiment inviter notre enfant à quitter la balançoire et l'emmener au toboggan.

12. Créer des limites

Des limites sont nécessaires pour protéger nos enfants du danger et les aider à s'adapter au monde qui nous entoure. Il est important que les enfants y participent s'ils ont 4 ans et plus. La décision ne doit pas être unilatérale, car de cette façon nous favorisons le pouvoir et cela peut parfois aboutir à la rébellion. Par exemple, décidez ensemble quand vous coucher ou les heures de couvre-feu.

13. Conséquences naturelles

Ce sont celles qui surviennent sans l'intervention d'un adulte. Par exemple, l'enfant ne veut pas manger la nourriture et s'il ne la mange pas plus tard, il aura faim (conséquence naturelle). Il s'agit pour l'enfant de les apprendre par lui-même. Évitez les phrases telles que « je vous l'avais dit » ou « je vous avais prévenu ». Ce genre de phrases peut amener un enfant à se sentir humilié. N'oubliez pas que l'objectif principal est que les enfants apprennent et ne répètent pas les mêmes erreurs, pas qu'ils se rendent compte que les adultes tout savoir.

14. Conséquences logiques

Les conséquences logiques nécessitent un suivi adulte. Par exemple : « Si tu te couches tard, je n'aurai pas le temps de te lire l'histoire. Par conséquent, nous décidons d'une conséquence pour leurs actions directement liées à un comportement indésirable.

Accompagner

Lorsque nous appliquons des conséquences logiques, nous devons les maintenir constantes. Si nous le jugeons approprié, nous pouvons leur donner une nouvelle opportunité de les remplir plus tard.

16. Éviter les récompenses et les punitions

Les récompenses et les punitions sont arbitraires. La conséquence n'est pas directement liée à la cause et favorise l'autorité et le pouvoir, sans égard au respect mutuel. Essayez de les remplacer en appliquant des conséquences logiques, car elles sont basées sur le choix et la compréhension.

17. Erreur = Opportunité

Le mot crise en chinois est composé de deux caractères, le premier signifie danger et le second opportunité. Une erreur est une occasion d'apprendre. Nous pouvons laisser les enfants faire des erreurs et apprendre par eux-mêmes. Lorsqu'ils commettent des erreurs, nous ne leur donnerons pas la solution immédiatement. Nous pouvons faire un remue-méninges et discuter ensemble des avantages et des inconvénients.

18. N'utilisez jamais la violence physique

Il n'est pas conseillé d'utiliser la violence physique lorsque les enfants se conduisent mal, car cela leur apprend que la violence est acceptable. Lorsque nous sommes très en colère, nous devons essayer de nous calmer et ensuite adopter les conséquences logiques de la sérénité. Nous devons nous rappeler que personne n'est parfait et que nous avons tous fait des erreurs.

19. Gagner du temps

Consacrer du temps exclusif à nos enfants est fondamental. Cela aidera à éviter les crises de colère, à trop se concentrer sur les appareils électroniques ou même à se réveiller la nuit à la recherche de notre attention. Il est conseillé d'investir de qualité avec eux, de leur lire une histoire avant d'aller se coucher ou de profiter des repas et dîners à partager avec eux.

20. Ton de voix

Il est avantageux de s'adresser à eux sur un ton amical et affectueux, ce qui leur permettra de prêter attention et d'écouter vraiment ce que nous voulons leur dire. Percevoir le "ton du sermon" leur donnera envie de se déconnecter et de ne pas prêter attention à nos paroles. Il est important d'éduquer sans crier.

21. Mots

Choisir les bons mots accompagnés du bon ton de voix est essentiel pour la communication entre parents et enfants pour refléter le respect et l'affection.

22. Autonomie

Bien que nous ayons parfois l'instinct de les protéger, il n'est pas conseillé de le faire si nous voulons qu'ils grandissent en toute sécurité et de manière indépendante. Les enfants devraient être autorisés à subir des conséquences en fonction de leurs propres actions et/ou décisions (en utilisant le bon sens, bien sûr). Nous ne devons pas faire des choses qu'ils peuvent déjà faire eux-mêmes, alors nous allons les aider à être plus autonomes.

23. Avoir de la patience

La fatigue accumulée, le stress ou l'auto-exigence peuvent facilement nous faire perdre patience. Nous sommes humains et il est normal que parfois nous nous sentions dépassés et perdions patience avec nos enfants. Il ne faut pas s'en vouloir, on peut chercher des activités qui nous déconnectent comme le sport ou simplement se consacrer du temps.

Quoi de neuf