Archives par mot-clé : Cerveau enfant

Modification du comportement infantile : 5 techniques pour modifier les comportements rebelles chez les enfants

La modification du comportement infantile a pour objectif de minimiser ou de changer des comportements “inadaptés” ou rebelles chez les enfants. Il est de plus en plus fréquent de faire face à des enfants qui désobéissent, qui mentent, qui insultent et qui peuvent même se montrer agressifs… Ces comportements sont des symptômes clairs d’un problème comportementale. Autant les parents que les professeurs doivent essayer de corriger et de contrôler ces comportements antisociaux dès l’enfance, afin que ceux-ci ne s’intensifient pas dans l’adolescence. Découvrez 5 techniques et stratégies de modification du comportement infantile qui vous aideront à contrôler les comportements agressifs et défiants, ainsi qu’à éviter les châtiments corporels et à éduquer sans violence.

Modification du comportement infantile

La modification du comportement ne s’obtient pas grâce à la violence. Tous les parents et les professeurs doivent être au clair sur ce point : la violence n’entre pas dans l’éducation. La violence comme moyen disciplinaire est inutile, car elle ne fait que préjudicier le développement de l’enfant. La modification du comportement ne s’obtient uniquement grâce à la mise en place de “règles” qui aident l’enfant à se connaître mieux, à comprendre ce que l’on attend d’eux et ce qu’il peut faire ou non.

Comment ne faut-il pas éduquer un enfant ? Découvrez l’effet Pygmalion. La modification du comportement infantile vise le changement de comportement d’un enfant grâce à des techniques et des stratégies psychologiques destinées à améliorer le comportement des enfants. Ces stratégies peuvent aider à ce que les plus petits développent tout leur potentiel, gèrent leur frustration, s’adaptent aux changements et sélectionnent des comportements adéquats qui leurs serviront à atteindre leurs buts et leurs objectifs. L’application des méthodes que nous présentons plus bas vous aidera à contrôler le comportement de vos enfants et à promouvoir leur bienêtre, leur satisfaction et leurs compétences personnelles.

Techniques de modification du comportement infantile

Quand il s’agit de modifier le comportement d’un enfant, beaucoup de parents se sentent perdus. Voici certaines techniques utiles pour modifier le comportement des enfants qui peuvent être appliquées à la maison ou à l’école afin d’obtenir que les enfants soient capables de contrôler ou de corriger leurs comportements antisociaux.

En utilisant ces techniques de manière adéquate, on peut obtenir de bons résultats dès le plus jeune âge. Il est important de savoir quelle technique utiliser à quel moment et ne pas toutes les mélanger sans arriver à atteindre les objectifs que vous fixez. Le plus important au moment de modifier le comportement des enfants est de leur créer le moins d’insatisfaction possible, et qu’ils puissent atteindre les objectifs posés par leurs parents d’une manière adéquate, sans qu’ils se sentent frustrés de se voir soumis aux punitions et aux engueulades quotidiennes.

1. Technique du “temps dehors”

La première technique de modification du comportement infantile est très simple et très facile à appliquer. Le “temps dehors” est une technique qui peut être appliquée pour modifier beaucoup de comportements. L’essence de cette technique consiste à emmener l’enfant dans un lieu où il n’y a aucune stimulation positive pour lui, un lieu où il n’a pas de jeux ou de jouets et où il n’y a personne pour l’occuper. Il ne s’agit pas de lui chercher un lieu hostile, qui soit ennuyeux. Nous devons trouver un lieu qui ne lui plaira pas pendant un laps de temps.

Illustrons cette technique avec un exemple : un enfant regarde la télé depuis déjà un long moment, son père décide alors de l’éteindre et celui-ci entre alors dans une grande colère. Comment gérer la situation ? Pour appliquer correctement la technique du “temps dehors” nous devons retirer le petit coléreux dans un lieu peu gratifiant pour lui. Nous le faisons immédiatement après l’apparition du comportement indésirable. Sans discuter avec lui, d’une façon posée et tranquille, nous lui expliquons clairement que lorsqu’il aura changé de comportement, nous reviendrons le chercher pour jouer avec lui, ou pour faire quelque chose qui lui plait.

Cette technique de modification du comportement est très simple, mais elle contient un facteur très important qu’il faut considérer, celui du temps que l’enfant doit rester en situation de “temps dehors”. Le temps doit être proportionnel à l’âge de l’enfant, en ajoutant une minute pour chaque années du petit, c’est à dire 5 minutes pour un enfants de 5 ans. Cette donnée est très importante car si cela n’est pas réaliser de la bonne manière, il se peut que l’on obtienne pas les bénéfices souhaités. L’âge et le stade de développement de l’enfant joue un rôle important dans le comportement de celui-ci. Découvrez les stades de développement de l’enfant.

2. Technique de “l’extinction”

Une autre technique importante, mais qui est souvent mal appliquée est “l’extinction”. Cette technique de modification du comportement infantile consiste en supprimer les récompenses que l’enfant espère obtenir avec son comportement. La plus grande partie des gens ne prêtent attention qu’aux transgressions, car elles sont plus difficiles d’ignorer, et les enfants s’en rendent compte et l’utilise à leur avantage. Si notre enfant nous répond mal il obtient notre attention : nous allons lui donner un sermon, en essayant de lui expliquer pourquoi il ne doit pas le faire, en essayant de le convaincre de son mauvais comportement… La technique “d’extinction” consiste à éliminer tout ce qui renforce les comportements intéressés des enfants.

Par exemple, un enfant qui est en train de faire du chantage émotionnel à sa mère pour ne pas aller à l’école avec des commentaires du genre : “tu m’emmène à l’école pour te débarrasser de moi”, “tu ne veux pas passer plus de temps avec moi ?”, etc… Dans une occasion comme celle-ci, vous pouvez appliquer la technique de “l’extinction” du comportement, en substituant ces commentaires par des choses gratifiantes. Une pratique adéquate serai, par exemple, de demander à l’enfant sur ces dessins animés favoris, en ignorant ses commentaires précédents. Faire comme si vous ne les aviez pas entendus et que vous souhaitez commencer une conversation avec lui.

Dans “l’extinction” il est très important de toujours utiliser un substitut gratifiant car si cette technique est utilisée sans être accompagnée d’une stimulation positive, il se peut que l’enfant se sente ignoré, se qui se répercutera négativement dans ses émotions. Cette technique ne doit pas être utilisée face à des comportement dangereux. Découvrez les types d’apprentissage cognitifs.

3. Technique de “modélisation”

Une autre technique très utile et qui peut s’appliquer dans diverses situations est la technique de “modélisation”. Cette technique de modification du comportement infantile consiste à imiter à l’autre personne en faisant exactement la même chose qu’elle.

Par exemple, vous pouvez utiliser cette technique de modification du comportement au moment d’enseigner à votre enfant une nouvelle habileté, comme mettre la table par exemple. Premièrement, un des parents doit réaliser la tâche en expliquant pas à pas ce qu’il fait, depuis la mise en place de la nappe jusqu’à s’asseoir pour manger. Pour cela, vous devez expliquer à l’enfant de la manière la plus didactique possible afin qu’il vous écoute.

Par exemple, un enfant qui aime les dessins animés sur les super héros peut s’imaginer que chaque éléments de la mise en place de la table pour manger (verres, couverts, serviettes, etc…) est un super héro et qu’il doit se réunir à la base (la table) avec tous ses amis super héros. Les parents doivent y mettre le même dynamisme que l’enfant afin que cela soit plus divertissant. Une fois que la modélisation est réalisée, le parent doit reprendre tous les éléments mis en place et laisser faire l’enfant.

Si l’enfant se trompe, il faut le reprendre et attendre de voir s’il aura bien compris la prochaine fois. Découvrez l’importance de la motivation dans l’apprentissage.

4. Technique “d’économie de jetons”

La technique “d’économie de jetons” est une autre technique de modification du comportement infantile qui peut être très divertissante pour les parents et pour les enfants. Il s’agit d’établir un système de récompense dans lequel, pour obtenir un prix (goûter favori, jouet, excursion, jeu mental, etc…) l’enfant devra réaliser certaines tâches déterminées (devoirs, ranger sa chambre, se laver les dents, aider à mettre la table, etc…) et arrêter de permettre que d’autres se concrétisent.

Par exemple, chaque fois que l’enfant réalise une tâche désirée ont lui remet un prix (jetons, points, etc…) que l’enfant peut emmagasiner jusqu’à ce qu’il en ait suffisamment pour recevoir son prix. L’important dans cette stratégie de modification du comportement est que l’enfant se rende compte qu’il obtient beaucoup plus de privilèges et de bénéfices s’il se comporte bien.

Il est important d’utiliser un tableau ou un support visible pour l’affichage à la vue de tous les membres de la famille sur lequel on peut voir les points obtenus. Vous devez fixer et anticiper les prix que vous allez donner. Les récompenses doivent être claires et être attractives pur l’enfant, et doivent être inscrites sur le tableau.

Chaque fois que vous donnez un point ou un jeton à votre enfant, vous devez accompagner le geste de commentaire positifs comme : “je suis très content parce que tu as fait des efforts”. Découvrez les différentes manières de féliciter un enfant afin augmenter leur estime d’eux-mêmes.

De plus, vous pouvez incorporer dans cette technique la perte de points quand l’enfant ne remplit pas les objectifs que vous avez établi. De cette manière, vous pouvez contrôler que l’enfant réalise ses obligations et qu’il ne soit pas puni quand il ne le fait pas. Ce système est très utile dans les écoles et sont appliqués dans beaucoup d’entre eux, mais ils peuvent également être appliqués et se montrer efficaces à la maison.

5. Technique de “l’intention paradoxale”

La dernière technique de modification du comportement infantile de laquelle nous allons parler est “l’intention paradoxale”. C’est une technique qui donne de bons résultats mais qui peut s’avérer complexe, car il s’agit de demander à l’enfant de faire ce que justement nous voulons éviter.

Par exemple, quand un enfant désobéit continuellement à l’ordre de ranger ses jouets, et qu’il refuse systématiquement de ranger. L’enfant entre dans un dynamique de provocation tous les jours plus grande. Que se passerait-il si un jour un des parents lui dit : “aujourd’hui, je ne veux pas que tu ranges, je veux que tu laisses absolument tout traîner et que tu ne fasses rien du tout”.

La première sensation qui viendra à l’esprit de l’enfant sera la satisfaction parce que il n’a pas besoin de faire l’effort de ranger. À ce moment, les parents doivent commencer une activité divertissante (avec les autres enfants ou entre eux), comme par exemple cuisiner un dessert, raconter des histoires et beaucoup rire. L’enfant souhaitera participer, mais les parents lui diront que non, qu’il continu de ne rien faire, puisque c’est ce qu’il voulait.

Cette technique à certaines limitations et doit être évaluée par rapport au profil de l’enfant car elle peut causer l’effet inverse de celui souhaité et n’être du coup pas du tout utile.

Si après avoir appliqué ces techniques de modification du comportement, l’enfant continue de se comporter mal, vous pouvez toujours vous rendre chez un spécialiste afin de réaliser une exploration neuropsychologique complète et de détecter s’il existe un trouble neurologique.

Le bienêtre et le bon développement du comportement dans l’enfance dépend avant tout des parents et des éducateurs. Les enfants ne répondent pas comme les adultes, c’est pourquoi il faut toujours adapter les changements de comportement afin qu’ils soient adéquats à leurs besoins.

Comme dit Jean Jacques Rousseau : “L’enfance a ses propres manières de voir, de penser et de sentir. Il n’y a rien de plus insensé que de prétendre les substituer pour les notre”.

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

“Source : Noemí de la Cruz Belerda, psychologue de CogniFit spécialisée en psychologies adulte. “

Développez l’intelligence de votre enfant : musique antistress pour stimuler votre bébé

Nous avons déjà souvent abordé les bienfaits de la musique sur le cerveau. Il a été démontré que la musique peut provoquer chez l’être humain des réactions émotionnelles, comme la joie ou la tristesse. La musique peut également aider vos enfants à grandir sainement et à développer leur intelligence. Lisez cet article pour savoir comment utiliser la musique antistress pour stimuler votre bébé.

Pendant les années 50, le chercheur spécialisé sur la conscience Robert Monroe explora l’utilisation de stimuli cérébraux et découvrit quand utilisant certains sons on arrive à optimiser et à potentialiser les capacités cérébrales. Les sons que nous percevons produisent différents effets, dans des régions distinctes du cerveau. La musique peut ainsi aider à combattre les insomnies, elle relaxe, réduit le stress, régule la douleur et même aide dans le traitement de l’autisme infantile. De plus, certains genres musicaux pourraient stimuler les cerveau d’un enfant pour qu’il développe des meilleures aptitudes cognitives.

La musique antistress pour stimuler votre bébé

Stimuler votre bébé grâce à la musique pendant la grossesse

Écouter de la musique pendant la grossesse a des effets bénéfiques pour les mamans et pour les futurs bébés. La musique stimule la fréquence cardiaque du bébé et enclenche la résonance vibratoire qui active les cellules cérébrales, stimulant ainsi le développement cérébral.

Le pédiatre Wilmer Lino pense qu’un bébé reçoit les bénéfices de la musique dès le cinquième mois de gestation si la maman écoute des rythmes avec de fortes vibrations. “Tous les rythmes n’apporte pas forcément des bienfaits. Pendant la grossesse il est recommandé d’écouter du Mozart, les musiques qui ont de fortes vibrations aideront les futurs bébés à mieux vocaliser”.

Par contre, si une femme enceinte écoute de la musique qui bouge plus comme du rock ou du heavy metal, son enfant ne recevra pas ces bienfaits, et cette musique qui combine beaucoup de temps et de rythmes pourrait même stresser le bébé.

La musique permet également que la futur maman communique avec son bébé, car celui-ci est capable de ressentir l’état d’esprit et les émotions de la mère qui le porte encore dans son ventre. Des études affirment que le bébé peut se souvenir des chansons qu’il a écouté avant sa naissance jusqu’à un an.

Stimuler votre bébé avec de la musique après sa naissance

Quand le bébé est déjà né, la musique continue d’être un élément important pour son développement et pour son éducation. Elle aide à stimuler l’ouïe de l’enfant et augmente son envie de s’exprimer et de se faire comprendre. Plusieurs études démontrent que le cerveau des bébés apprend à parler en analysant le langage et son rythme. La compréhension des mots par un enfant vient de la répétition des sons, caractérisés par leur propre musique.

Une étude réalisée par l’Union Européenne a démontré que les activations cérébrales chez les bébés suite à l’écoute de musique sont les mêmes que chez les adultes. La musique active des zones de l’hémisphère droit qui traitent les aspects émotionnels dans le cerveau, tel que la musicalité et la créativité. Cette sensibilité qui se développe grâce à la musique peut également avoir des bienfaits sur la concentration, l’attention et la mémoire.

Musique antistress pour stimuler votre bébé

De plus, quand une mère chante pour son enfant, elle entre en syntonie avec les besoins émotionnels de celui-ci. La musique à aussi la faculté de renforcer les relations affectives, d’éveiller les émotions et de créer un lien entre parents et enfant. La musique relaxante nous fait sentir bien car elle réduit le stress (le cortisol, hormone qui créer le stress, diminue en écoutant une musique qui nous calme) et aide à la production d’endorphine (neurotransmetteurs qui nous font ressentir le bien-être).

Quand l’enfant est plus âgé il faut alors lui donner la liberté d’improviser, d’utiliser des jouets musicaux pour découvrir des nouveaux sons, pour expérimenter et pour créer de la musique à l’aide des choses que l’on met à sa disposition. Même s’il fait du boucan, il faut le laisser improviser et lui laisser la liberté d’inventer tout en lui prêtant votre attention pour donner de la valeur à ses découvertes.

Maintenant que l’enfant s’est développer, il lui convient de jouer en chantant et en élargissant notre champ musical, en les combinant avec des chorégraphies, des gestuelles et des jeux de mouvements. Écouter des chansons et le chanter avec lui peut se révéler très stimulant pour l’enfant. Simplement en frappant dans les mains ou en l’accompagnant avec quelconque instrument cela stimulera votre enfant. Accompagner la musique avec des mouvements du corps est aussi très positif.

Pour terminer, un petit conseil : il existe plusieurs études qui affirment que la musique de Mozart a une influence positive sur le comportement des bébés et qu’elle aide à leur développement intellectuel et créatif. Cet effet est connu comme “l’effet Mozart”. Les experts conseillent donc de faire écouter cette musique aux enfants, qui est une musique calme, car une musique violente ou forte pourrait les surexciter.

“Source : Borja Echeverría, rédacteur expert en contenus médicaux et de santé. Passionné de la psychologie et de la neuroscience. Toujours à la recherche de nouvelles sources, nouvelles et tendances. Conseils, thérapies, curiosités, traitements…”