Archives par mot-clé : motivación

Types de leadership, traits de la personnalité leader et conseils pour diriger une équipe

Qu’est-ce qu’un leader ? Quels sont les traits de personnalités d’un leader ? Quels sont les principaux styles de leadership ? Comment faire pour bien diriger une équipe de travail ? Il y a des personnes comme Steve Jobs ou Nelson Mandela qui nous viennent immédiatement à l’esprit lorsque l’on parle de dirigent efficaces. Dans cet article, nous allons répondre à toutes ces questions et nous vous donnerons quelques conseils afin que vous puissiez devenir un ou une meilleur(e) leader !

Comment être un bon leader – Leadership

Définition du leadership, qu’est-ce qu’un leader ?

Nous connaissons tous certains leaders et nous les observons continuellement dans les médias. Peut-être que vous jouez vous-mêmes ce rôle de leader pour certaines personnes. Parfois il n’est pas nécessaire de dire quoi que ce soit pour que nous nous rendions compte que nous nous trouvons face à un ou une leader. Nous avons une idée générale des traits de personnalités qui sont ceux des leaders, et nous savons généralement les reconnaître.

“Leader” est un mot anglais, qui veut dire “qui dirige”. Un leader est une personne qui guide un certain nombre de personnes. Le leadership est un processus dynamique qui change continuellement. Les leaders n’exercent pas leur rôle par la force, mais doivent gagner leur position et se réinventer constamment.

En effet, on ne peut pas appeler leader une personne qui dirige une entreprise mais qui ne guide pas d’équipe de travail. Nous ne pouvons pas oublier que sans suiveurs, il n’y a pas de leader. Il est essentiel que ceux-ci soutiennent les décisions du leader afin que tout fonctionne pour le mieux et pour obtenir des résultats optimaux.

Les leaders ne se trouvent pas forcément dans les grandes entreprises multinationales et dans les postes importants des institutions publiques, il y a aussi des leaders dans des contextes plus proches et plus quotidiens comme dans les groupes d’amis, les communautés de voisins, les équipes sportives ou dans la famille. Tous ont leur importance. Sa bonne exécution est fondamentale afin d’atteindre les objectifs communs. Ainsi, les leaders sont essentiels au maintien de la satisfaction et du bien-être des personnes qui les entourent.

On peut trouver des leaders dans tous les domaines. Fondamentalement, il est nécessaire de savoir qui possède les qualités requises pour être un bon chef lorsqu’il faut sélectionner le personnel d’une entreprise. Une bonne élection peut nous permettre d’économiser beaucoup de temps, d’efforts et d’argent, tout en nous rendant les choses plus faciles. Qui n’a pas besoins d’un peu d’inspiration et d’orientation ?

Pouvez-vous vous imaginez la vie sans leaders ? Vous le désiré peut-être, à cause d’une mauvaise expérience avec un supérieur. Il est vrai que certaines personnes ne remplissent pas correctement leur rôle et leurs fonctions, rendant la vie de ses employés plus difficile. Mais il est tout à fait possible d’être un leader qui inspire les autres et qui facilite la vie des personnes qui travaillent avec lui. Dans cet article, nous allons nous intéresser aux qualités et aux traits de personnalité d’un bon leader.

Comment être un bon leader

Cette question concerne autant les suiveurs que les leaders. Nous souhaitons tous avoir de relations sociales agréables et qui ne nous provoque pas de mal de tête. Cependant, nous sommes tous différents et tout le monde ne peut pas être satisfait par les mêmes choses. Un bon leader doit être assertif, envisager les différents points de vue et les nécessités de son équipe afin d’obtenir le potentiel maximum de tout le monde.

Il existe certains traits de personnalité de leadership qui sont mises en valeurs dans toutes les cultures, comme la justice et les bonnes habiletés communicatives. Il existe également des caractéristiques que personne ne désir voir chez un leader, comme le manque de sensibilité, le mauvais caractère ou l’égoïsme. Personne ne souhaite avoir un chef désagréable et ronchon lui crier dessus jour après jour.

Toutefois, il y a des traits de personnalité de leader qui sont plus ou moins bien considérés en fonction de la société et de la culture dans laquelle nous nous trouvons. Par exemple, dans les cultures individualistes on apprécie beaucoup plus la compétitivité que dans les cultures collectivistes où il est préférable d’être un dirigent plus prudent. En fait, il peut exister des points de vue différents sur le sujet dans un même groupe de travailleur, car nous ne partageons pas tous la même idée du leader exemplaire.

Et pourtant, nous sommes tout de même d’accord que tout le monde souhaite être traité avec respect. Un bon leader doit être une personne compréhensive qui sache évaluer et comprendre les personnes qui le suivent, en plus de savoir comment bien faire son travail.

Traits de personnalité, qualités et caractéristiques d’un leader

Il existe un certain consensus sur les traits de personnalité d’un leader, que les gens décrivent comme prototypiques. Voici les principales qualités d’un bon leader :

  • Ils sont plus intelligents que la moyenne : il est compliqué de définir ce point, mais nous savons reconnaître les personnes qui nous surprennent par leurs facultés intellectuelles, comme leur capacité d’adaptation par exemple. C’est un processus qui est en constante redéfinition, et nous pouvons nous-mêmes être plus intelligent si nous le désirons.
  • Ils regorgent d’énergie : un leader qui à l’air fatigué (bien qu’il ait le droit de l’être) n’est pas vraiment convainquant. Il doit transmettre l’envie de s’engager dans le projet en cours et l’enthousiasme de le faire.
  • Ils sont motivés : cela n’est pas simple d’être un bon leader, de nombreuses heures de travail sont nécessaire, ainsi que de nombreux sacrifices. Seulement une personne extraordinairement motivée peut être à la hauteur de ce défi.
  • Ils ont confiance en eux-mêmes : il est impossible de diriger si nous ne croyons pas en nous-mêmes. Nous pouvons tous augmenter notre estime de nous-même, notre sécurité et apprendre à l’extériorisé. Cela peut demander passablement d’effort dans certains cas, mais cela en vaut vraiment la peine.
  •  Intelligence émotionnelle : cette qualité est indispensable pour tout le monde, dans n’importe quel environnement. Elle permet de faciliter les relations interpersonnelles et d’obtenir des résultats exceptionnels. Ne vous en faites pas si parfois vous avez de la peine à entrer en relation avec les autres, car il est possible d’améliorer votre intelligence émotionnelle.
  • Ils se démarquent par leur travail : ils se chargent de trouver toutes les informations nécessaires, d’atteindre leurs objectifs et sont vraiment très efficaces.
  • Ils sont charismatiques : leur personnalité ne passe pas inaperçue. Ils se convertissent en référents et obtiennent le meilleur de leurs suiveurs.
  • Ils sont créatifs : ils cherchent toujours de nouvelles manières d’améliorer leur communication. Ils racontent des histoires qui touchent le publique à un niveau émotionnel, font souvent des propositions insolites, découvrent des formes d’impressionner leurs interlocuteurs, etc…
  • Ils sont inspirants : ils ne sont pas uniquement créatifs, mais ils arrivent également à faire que les autres génèrent de nouvelles idées et qu’ils ne perdent pas l’envie de le faire.
  • Ils se préoccupent pour leurs suiveurs : sans une conduite éthique et une responsabilité sociale constante, n’importe quel progrès serait insignifiant.

Styles et types de leadership

Voici la classification et la description des différents comportements qu’adoptent les leaders. Ces comportements sont également liés aux réactions de leurs subordonnés. Nous allons nous centrer sur le champ professionnel, mais ces styles sont extrapolables aux autres domaines, comme dans les groupes d’amis par exemple.

1. Leadership laissez-faire

Il est caractérisé par une certaine anarchie. Les dirigeants ne prennent pas de décisions et laissent leurs suiveurs interagirent sans contraintes.

Avantages du leadership du type laissez-faire :

  • Diminue les sentiments d’oppression. L’absence d’une évaluation constante facilite la liberté d’expression et la participation.
  • Les tâches sont plus déléguées entre les travailleurs. De cette manière, les employés peuvent entreprendre de nouveaux défis et de nouvelles opportunités afin de grimper les échelons de l’entreprise.

Désavantages du leadership du type laissez-faire :

  • Les problèmes ne sont pas perçus. Sans une supervision efficace, il est très facile que des erreurs soient commises sans que personnes ne s’en rende compte. Il est difficile qu’un processus complexe fonctionne correctement sans quelqu’un qui peut avoir une vision globale et diriger.
  • Les suiveurs sont démotivés. Il est compliqué de travailler sans avoir des objectifs clairs et sans recevoir de feedback. La productivité diminue.

2. Leadership autocratique

Le leader commande et sa position de supériorité est claire pour tout le monde. Il est chargé de dicter tous ce qui affecte à ses subordonnés.

Avantages du leadership du type autocratique :

  • Cela peut éviter les malentendus. Dans certaines occasions, l’équipe peut être désorientée et a besoin d’une référence claire. Si une personne a le contrôle et distribue clairement les fonctions de chacun, il est probable que les erreurs diminuent.
  • Augmente la supervision des employés. Il y a des gens qui ont besoin d’un peu de pression pour fonctionner, et ce style de leadership peut les aider à donner de meilleurs résultats.

Désavantages du leadership du type autocratique :

  • Plus de conflits entre les membres surviennent. La tension générée par une faible marge de manœuvre et la sensation pression fait que les gens se sentent menacés, ce qui peut provoquer des conflits.
  • Les personnes sont moins enclines à collaborer entre elles. Il existe une faible participation en général. Un climat de peu de confiance est généré, ce qui empêche le groupe de se sentir à l’aise.

3. Leadership démocratique

Le leader se présente comme égal à ses suiveurs. Cela consiste en laisser tout les membres de ‘équipe participer aux prises de décisions.

Avantages du leadership du type démocratique :

  • La liberté augmente la créativité du groupe. La collaboration de tous permet que de nouvelles associations d’idées surgissent et créer de nouvelles possibilités.
  • Les personnes sont plus compromises pour atteindre les objectifs du groupe. Une augmentation de l’implication dans la prise de décision entraîne une augmentation dans l’implication des employés pour atteindre les buts fixés.

Désavantages du leadership du type démocratique :

  • Différentes complications surgissent. Ce processus peut durer plus longtemps que prévu. Il est compliqué de contenter tout le monde et des conflits d’intérêts peuvent surgirent et créer des désaccords.
  • Des erreurs se produisent. Il est possible que le groupe ne sache pas ce qui est le mieux pour l’équipe. Il y a des personnes qui participent avec désintérêts ou qui le font d’une manière inadéquate.

4. Leadership transactionnel

Ce style est fondé sur l’échange de récompenses entre le leader et ses subordonnés. Le leader adopte un rôle actif lorsqu’il s’agit de proposer de nouvelles démarches et d’évaluer l’efficacité de son équipe.

Avantages du leadership du type transactionnel :

  • Augmentation de la motivation des travailleurs. Qui n’apprécie pas un bon encouragement de temps en temps ?
  • Les résultats sont obtenus rapidement. Les employés font du mieux qu’ils peuvent afin d’obtenir les récompenses et d’éviter les sanctions. De plus, cela met en évidence qui sont les employés les plus efficaces et ceux qui ont en rendement inadéquat.

Désavantages du leadership du type transactionnel :

  • Il est éphémère. Si la seule motivation des employés sont les récompenses, il se peut que ceux-ci ne fassent que le strict minimum pour les obtenir.
  • La recherche de nouvelles solutions est réduite. Il se peut que les gens ne se concentrent que sur les objectifs fixés et cessent d’apprécier le processus, oubliant parfois les solutions les plus efficaces.

5. Leadership transformationnel

Le leader va plus loin, et il inspire toute l’équipe. C’est un modèle à suivre et transforme n’importe quelle personne qui est amenée à travailler à ses côtés- Il créé une véritable conscience de groupe en augmentant la cohésion entre ses membres et en les convertissant en une famille unie.

Avantages du leadership du type transformationnel :

  • Augmente les valeurs du groupe. Des comportements altruistes, responsables et proactifs sont développé parmi les membres du groupe. Cela permet également une augmentation de l’estime de soi et de la confiance entre collègues.
  • Des résultats extraordinaires sont obtenus. La communication est améliorée, la productivité augmente et tout le monde souhaitera que le travail soit excellent.

Désavantages du leadership du type transformationnel :

  • Il est vraiment compliqué. Uniquement une personne charismatique impliquée au maximum peut réussir à utiliser ce type de leadership.
  • Il est parfois nécessaire d’avoir un plus grand contrôle. Ce type de leadership peut être utopique dans les situations dans lesquelles la discipline doit prédominer en vue d’obtenir des résultats immédiats.

6. Leadership situationnel

Dans ce type de leadership, les méthodes et les traits de personnalité du leader, ainsi que ses fonctions, varient passablement.

Avantages du leadership du type situationnel :

  • Il est adéquat dans les situations incertaines. Lorsqu’un groupe fait face à une situation nouvelle, la flexibilité est primordiale.
  • Cela permet de tirer le meilleur de l’équipe. La plasticité de ce style de leadership s’ajuste aux différents contextes et aux différentes habiletés des employés

Désavantages du leadership du type situationnel :

  • Cela peut être déconcertant pour les employés. Certains travailleurs ont des difficultés pour s’adapter aux nombreux changements.
  • Un grand contrôle peut s’avérer désagréable pour certaines personnes. Il est possible que certains travailleurs se sentent “étouffés” s’ils sont soumis à un contrôle trop strict de la part de leur supérieur.

Théories de leadership : évolution de l’étude des traits de personnalité d’un leader

Le leadership a été reflété dans des manifestations artistiques tel que la littérature au court de l’histoire. De nos jours, nous voyons des leaders prendre des décisions qui affectent le monde entier dans les journaux télévisés, nous sommes en relation avec d’autres leaders au bureau et nous essayons d’éduquer les futurs dirigeants. Des professionnels de différentes disciplines s’intéressent aux leaders et à leurs traits de personnalité. Il est important de continuer ces investigations afin d’avoir des leaders toujours plus efficaces.

La psychologie sociale commença à s’intéresser aux traits de personnalités des leaders au début du 20ème siècle. Il existe de nombreux modèle sur le leadership qui coexistent, mais selon Bryman (1992) son étude s’est effectuée en quatre étapes.

1. Approche de trait de personnalité : seulement quelques personnes naissent avec les capacités d’être des leaders. Cependant, de nos jours nous pensons que les personnes peuvent développer et améliorer leurs habiletés.

2. Styles de leadership : description des différents schémas de comportement des leaders et comment leurs suiveurs réagissent. Nous avons approfondi dans ce sens dans le chapitre précédent.

3. Modèles de la contingence : investigations du contexte dans lequel se développe le leadership. Il n’y a pas que ce que le leader fait qui importe, ses actions interagissent avec les différentes situations.

4. Approximation du nouveau leadership : cette approche souligne le charisme du leader et sa perspective. Des concepts tel que “le leadership transactionnel” et “le leadership transformationnel” surgissent alors.

D’un autre côté la relation entre leadership et genre a donné place à un débat passionné. Beaucoup d’investigations ont été effectuées afin de permettre aux femmes de revendiqué une plus grande présence dans les postes élevés. Les stéréotypes, qui sont trop souvent renforcer par les médias, rendent l’association entre femmes et traits de personnalité leader difficile. Ce sujet de controverse continuera de générer des débats pendant les prochaines années.

Les nouvelles technologies commencent à être clés en vue d’approfondir encore plus les phénomènes psychosociaux comme celui-ci. Par exemple, les grandes découvertes en neuroscience nous permettent d’explorer le neuroleadership, qui étudie ce processus grâce aux techniques de neuroimages. Notre cerveau nous donne des pistes pour diriger une équipe d’une manière plus efficace et plus avantageuse.

Conseils pour devenir un meilleur leader

1. Adaptez-vous à votre groupe

Il est important de souligner qu’il y a différents types de groupes et un nombre infini de contextes distincts. Ainsi, il est indispensable de connaître parfaitement les personnes que nous souhaitons diriger et que nous nous adaptions à elles. Si nous n’adoptons pas une attitude flexible et compréhensive, il est fort probable que nous n’y parvenions pas.

2. Restez ouvert aux nouvelles alternatives

Le leadership doit être renouvelé continuellement. Une position favorable peut faire que nous restions bloqués dans notre zone de confort et que nous soyons moins attentifs aux nouvelles possibilités. N’oubliez pas d’innover, et vous serez certainement surpris de résultats si fabuleux et inespérés.

3. Écoutez vos collègues

Même la personne de laquelle nous en attendons le moins peut parfois avoir une idée qui nous permettra d’atteindre nos objectifs plus facilement. Laissons les préjugés de côté. Demandez aux personnes qui travaillent pour vous leurs points de vue, essayez de savoir comment ils se sentent et quel est leur opinion sincère. Utilisez l’écoute active. Parmi les traits de personnalité d’un leader, l’intelligence émotionnelle est indispensable.

4. Ne cessez jamais d’améliorer vos habiletés de communication

Nous souhaitons tous nous sentir compétents et être félicités. Parfois, nos interlocuteurs ne sont pas très disposés à nous écouter (par paresse, fatigue, manque d’intérêt, etc…), mais nous pouvons y remédier. Ne cessez pas d’améliorer vos habiletés sociales. Améliorer votre langage corporel et votre expression verbale, préparez votre discours et ayez confiance en vous. Nous vivons dans une période d’images. Appuyez-vous de supports visuels, vous arriverez certainement à capter plus facilement l’attention des autres.

5. Déléguez lorsque cela est nécessaire

Parfois, nous oublions que nous sommes de simples êtres humains et que nous avons nos limites. Nous devons reconnaître lorsque nous n’avons pas suffisamment de temps pour remplir toutes les tâches à notre charge ou lorsque quelque chose dépasse nos compétences. La confiance envers les autres est essentielle pour un bon leader. De plus, vos subordonnés seront enchantés de voir que vous leur accorder votre confiance.

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. Si vous souhaitez en savoir plus sur le leadership, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ou vos questions sur plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

 

“Source : Ainhoa Arranz Aldana, rédactrice de CogniFit spécialisée en psychologie et en sociologie.”

Importance de la motivation : qu’est-ce que c’est, comment intervient-elle dans l’apprentissage et 10 conseils pour développer et encourager la motivation

L’importance de la motivation : la motivation est le moteur qui nous permet de fonctionner. Souvent nous pensons que les élèves d’aujourd’hui et nos enfants ne sont pas motivés en classe. Il faut toujours les pousser à étudier, à faire leurs devoirs et il semble que cela leur coûte beaucoup d’efforts de remplir leurs tâches quotidiennes. Au final, c’est une lutte de tous les jours pour qu’ils apprennent leurs leçons… Par contre, pour apprendre les noms de 300 Pokémons différents, ils n’ont aucune difficulté. Dans cet article, nous vous expliquons ce qu’est la motivation, son importance dans l’apprentissage ainsi que pour l’éducation et nous vous donnons 10 conseils qui vous permettront d’augmenter et d’encourager la motivation.

Encourager la motivation

Qu’est-ce que la motivation ?

La motivation est une impulsion interne qui dirige une action dans un but précis. Elle régit une action, et elle encourage et guide cette action. Sans motivation il n’y a pas d’action.

La motivation est très importante car elle nous pousse à chercher activement les ressources nécessaires à notre survie. Nous sommes motivés par la faim pour la recherche d’aliments, par la soif pour la recherche de boissons et par l’envie pour la recherche de partenaires sexuels. Nous pouvons appeler cela les motivations basiques, qui sont innées et qui se manifestent indépendamment de la culture de chacun.

Mais nous pouvons également être motivés pour réaliser nos passions, nos activités préférées ainsi que pour l’apprentissage. Ce sont alors les motivations secondaires, qui dépendent de la personnalité et de la culture.

Nous ne sommes pas motivés pour tout apprendre. Il se peut que les thématiques apprises à l’école, au lycée ou à l’université ne nous intéressent pas, mais il y a forcément des choses qui motivent notre apprentissage, que cela soit la vie des dauphins, une nouvelle recette de cuisine ou changer la roue de notre voiture.

Il se peut que la motivation vienne de notre propre intérêt pour le sujet ou parce que nous nécessitons ces connaissances pour quelque chose (pour notre travail ou pour notre survie, comme changer la roue de notre voiture).

Ainsi nous pouvons donc différencier deux types de motivations secondaires : intrinsèque et l’extrinsèque. Il s’agit de deux types opposés d’une même caractéristique continue, du fait qu’une motivation sera plus ou moins intrinsèque en même temps qu’elle sera plus ou moins extrinsèque.

  • Motivation de type intrinsèque : elle se produit lorsque les personnes sont motivées à faire quelque chose parce qu’elles pensent que c’est important et parce que cela leur plait. Les étudiants qui ont ce type de motivation seront motivés pour réaliser leurs tâches pour le défi que cela suppose plus que pour la récompense qu’ils en obtiendront. La motivation intrinsèque diminue au fur et à mesure que les enfants avancent dans leur cursus scolaire. Pour augmenter ce type de motivation, il faut rendre les sujets abstraits plus concrets et le mettre en contexte.
  • Motivation de type extrinsèque : ce type de motivation apparaît quand un étudiant veut réaliser une tâche pour des facteurs externes, comme une récompense ou une punition. Il a été démontré que les punitions ne sont pas vraiment efficaces et que les récompenses provoquent une dépendance. C’est pour cela que le mieux est d’introduire des récompenses peu à peu, en les orientant vers une motivation intrinsèque.

L’importance de la motivation dans l’éducation

La motivation est l’impulsion qui nous pousse à agir et à obtenir ce que nous voulons.

La motivation joue un rôle fondamental dans notre apprentissage. Selon une étude, la motivation influence plus notre apprentissage des mathématiques que notre quotient intellectuel.

Concrètement, les chercheurs ont découvert que l’intelligence est fortement liée aux succès des étudiants en mathématiques, mais seulement pour le développement des connaissances initiales. L’importance de la motivation et les habiletés d’étude deviennent des facteurs plus importants et plus significatifs pour apprendre les connaissances plus approfondies. Les étudiants qui se sentaient compétents étaient intrinsèquement motivés, ils utilisaient des aptitudes comme expliquer, synthétiser, faire des connections avec d’autres branches, ils évitaient l’apprentissage par cœur et démontraient un meilleur développement en mathématiques que ceux qui ne se sentaient pas motivés. Au contraire, l’intelligence des étudiants n’est pas liée avec le développement de connaissances approfondies en mathématiques.

Pourquoi est-il important de maintenir les enfants motivés pour apprendre ?

  • La motivation encourage l’effort et la persistance dans une tâche
  • La motivation augmente l’initiative
  • La motivation améliore les habiletés de traitement cognitif
  • La motivation améliore le développement en général

    Encourager la motivation aide à l’apprentissage

Comment savoir si vos enfants sont des élèves motivés ?

Selon Rodríguez Moneo, le comportement des personnes peut servir d’indicateur pour mesurer la motivation. C’est un indicateur assez fiable, que les professeurs peuvent utiliser pour estimer la motivation de leurs élèves afin d’agir sur cette dernière.

  • La préférence ou le choix d’une activité plutôt qu’une autre. Si je choisis de regarder le télévision au lieu de faire mes devoirs pour l’école, cela reflète ma motivation.
  • La latence, c’est à dire le temps que l’on tarde pour produire une réponse depuis le moment où est apparut la stimulation. Plus nous tardons à commencer quelque chose que l’on doit faire, moins nous sommes motivés pour remplir cette tâche.
  • L’effort, plus les ressources physiques et cognitives sont investies dans l’accomplissement d’une tâche, plus la motivation sera grande.
  • La persistance dans la tâche. Il y a plus de motivation quand il y a plus de temps qui s’écoule entre le début d’une tâche et sa finalisation. Plus nous rendons vite la tâche moins nous sommes motivés.
  • Les indicateurs expressifs des émotions. Les actions que nous réalisons sont souvent accompagnées d’expressions émotionnelles qui indiquent le plaisir ou le déplaisir que nous provoque une activité. Comprendre les expressions des élèves peut aider un professeur en lui donnant beaucoup d’informations sur la motivation de ses élèves.
Comment savoir si un enfant est motivé

Comment encourager la motivation pour l’étude ?

1. L’attitude influence la motivation

Les recherches ont démontré que l’interaction entre un professeur et ses élèves est plus importante pour le processus d’apprentissage que les facteurs structurels, comme le matériel éducatif et la taille de la salle de classe. Cette relation entre étudiants et professeurs est importante non seulement lors des premières années scolaires, mais aussi plus tard, quand les défis deviennent plus importants.

Selon une étude de l’Université de Finlande de l’Est, une atmosphère positive et chaude dans la salle de classe créée par le professeur augmente la motivation des élèves pour apprendre.

Une attitude empathique de la part du professeur ne fait pas que protéger l’image que les étudiants ont d’eux-mêmes, mais protège également ceux-ci de l’exclusion social de la part de leurs camarades.

Comment encourager la motivation ? Démontrez une attitude et un état d’esprit positif. Il faut créer un lien affectif avec l’étudiant, lui montrer que vous vous préoccupez pour lui personnellement, ainsi que pour son processus d’apprentissage. Ne le ridiculisé jamais s’il sait pas ou ne comprend pas quelque chose. Montrez de l’empathie et de la compréhension, et sachez faire preuve d’humour.

2. Valorisé les efforts

Il est beaucoup plus important de valoriser les efforts que le résultat. Si le résultat est plus valorisé, l’élève se concentrera uniquement sur celui-ci, oubliant que pour obtenir quelque chose de bien, il faut produire des efforts. De plus, beaucoup de fois les résultats dépendent d’autres facteurs, comme la chance par exemple.

Comment encourager la motivation ? Concentrez-vous sur le processus d’apprentissage des enfants, en les encourageant à faire des efforts et en les récompensant s’ils font beaucoup d’efforts : “tu es très concentré, ça se voit que tu apprécies ce que tu fais”, ou “tu fais beaucoup d’efforts, tu vas apprendre énormément”.

3. Maintenir l’implication

Si les enfants sentent qu’ils sont utiles et qu’ils ont des responsabilités, ils seront beaucoup plus motivés.

Comment encourager la motivation ? Donnez des responsabilités aux élèves, faites-les participer aux cours. Donnez à chacun une tâche, comme maintenir la salle de classe propre, la ranger, laver le tableau noir, distribuer le matériel… Lorsqu’ils travaillent en groupe, que chacun se charge de quelque chose en particulier.

4. Félicitez-les

Bien que cela soit plus important de récompenser l’effort, les enfants ont besoin de récompenses concrètes pour leurs bons résultats. Les enfants ne sont pas capables de voir les bénéfices à long terme d’avoir des bonnes notes et d’apprendre quelque chose, ils ont besoin de récompenses plus immédiates. Les félicitations les motivent à travailler et à faire des efforts en ayant un objectif en tête.

Comment encourager la motivation ? Établissez de petites récompenses, en fonction es accomplissements des enfants. Cela peut être des privilèges spéciaux ou des petites choses que les enfants adorent (comme des autocollants). Mais il n’est pas nécessaire de les saturés, car sinon ces récompenses perdent de leurs valeurs. L’idéal est d’espacer le temps entre une récompense et une autre. Plus les enfants grandissent, plus ils seront capables de visualiser les bienfaits sur le long terme. Si il s’agit d’enfant qui débutent l’école, une récompense par jour est quelque chose d’adéquat. Pour les enfants plus grands une par semaine suffit. Le mieux est de diminuer petit à petit ce type de récompenses et de les remplacer par des encouragements, car sinon les enfants finissent par devenir dépendant de ces récompenses.

5. Le goût est dans la variété

Les enfants s’ennuient facilement si on ne les motive pas correctement. Plus encore dans ce monde technologique dans lequel ils sont habitués à une stimulation massive avec leurs tablettes et téléphones mobiles. Parfois, même les parents utilisent ces appareils pour occuper et calmer leurs enfants. C’est pour cela qu’il est important d’éviter de tomber dans la routine.

Comment encourager la motivation ? Soyez créatif. Utilisez différentes structures d’apprentissage. Enseignez grâce à des jeux et des discussions interactives, afin que l’apprentissage soit plus dynamique et que les enfants soient plus impliqués. L’apprentissage passif, dans lequel l’enfant ne fait que réciter les informations et ne se les approprient pas, détruit la motivation. Vous pouvez également utiliser d’autres moyens comme la peinture, la photographie, les vidéos et les films…

6. Expliquez “À quoi est-ce que ça me sert ?”

Souvent nous perdons la motivation si nous ne savons pas l’utilité dans le “monde réel” de ce que nous apprenons. C’est pour cela qu’il est important de l’expliquer.

Comment encourager la motivation ? Vous pouvez créer un aparté au début de chaque thème afin d’expliquer les utilités pratiques d’apprendre quelque chose. Si vous enseignez l’algèbre, dédiez un peu de temps pour expliquer en quoi seront utiles les connaissances d’algèbre, par exemple pour un ingénieur. En sachant que ces connaissances sont utilisées dans la vie réelle, cela augmente l’importance perçue de la matière et motive à son apprentissage.

7. Ne dépréciez pas

Déprécier un enfant et lui mettre des étiquettes négatives comme “lent”, “feignant”, “bête”, ne sert qu’à détruire sa motivation. Faites-lui sentir qu’il n’est pas capable de quelque chose et il n’y arrivera jamais. Découvrez l’impact de nos mots sur nos enfants dans cet article.

Comment encourager la motivation ? Évitez les dépréciations et les étiquettes négatives. Au lieu de cela, soulignez ses vertus, ses habiletés et ses qualités. Encouragez sa mentalité de croissance et de développement, faites-lui comprendre que même si quelque chose n’est pas très bien, avec de la pratique tout s’améliore. Encouragez la confiance en soi et découvrez comment féliciter les enfants afin d’augmenter leurs estimes d’eux-mêmes.

8. Utilisez CogniFit, le programme leader en neuroéducation

La neuroéducation est basée sur une nouvelle vision de l’enseignement qui utilise les connaissances récentes sur le cerveau pour analyser et améliorer les processus d’apprentissage des étudiants. Cognifit est la plateforme leader en neuroéducation. Ce programme est un instrument professionnel créer par des spécialistes en neuropsychologie infantile.

La technologie de CogniFit est basée sur la neuroplasticité. Ce programme est très facile à utiliser. Il comprend différents jeux cliniques qui peuvent être réalisés sur un ordinateur et permettent aux professeurs qui ne sont pas spécialisés en psychopédagogie d’analyser les processus d’apprentissage et de développer le potentiel de chaque étudiant.

Comment encourager la motivation ? CogniFit identifie avec une objectivité scientifique les forces et les faiblesses cognitives de chaque élève, et obtient une relation entre son rendement scolaire, son comportement et sa motivation, permettant d’entreprendre des stratégies d’enseignement personnalisées.

9. Aidez-les à gérer l’anxiété

Beaucoup d’enfants n’arrivent pas à rester motivés parce qu’ils ressentent une grande anxiété, qu’ils ont peur de l’échec et de ne pas réussir à obtenir les résultats désirés.

Comment encourager la motivation ? Transmettez leurs de la tranquillité et faites leurs savoir que l’échec n’est pas quelque chose de négatif. Se tromper nous aide à apprendre plus et mieux, et à savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire. Si l’anxiété est trop élevée, vous pouvez essayer des exercices de relaxation.

10. Apprenez-leur à s’auto-motiver

C’est très bien de motiver les enfants, mais ils ont également besoin d’apprendre à trouver leur propre motivation et qu’ils arrivent à la gérer eux-mêmes.

Comment encourager la motivation ? Aidez-les à trouver les raisons pour lesquels leurs études peuvent leur servir. Cela les aidera-t-il à comprendre leur environnement ? Ou alors cela leur servira-t-il pour leurs futurs études universitaires ? Peut-être que cela les aide dans leur quotidien ?

Encourager la motivation : ne pas déprécier

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

 

“Source : Andrea Garcia Cerdán, psychologue de Cognifit en formation continue.”

Sortez votre zone de confort ! 10 conseils pratiques

Nous menons des vies tranquilles, sans trop d’imprévus, nous contrôlons la situation afin de nous sentir en sécurité. En bref, nous restons bien au chaud dans notre zone de confort, dans notre cocon, sans prendre le moindre risque. Pourtant, au plus profond de nous-même existe cette folle envie de mener un vie pleine d’émotions et de sensations fortes… une vie MEILLEURE !

Si vous avez déjà ressenti cette envie, vous avez certainement besoin d’un changement. Sortir de votre zone de confort est le meilleur moyen d’avancer dans votre développement personnel et de réaliser vos rêves !

Nous nous enfermons dans zone de confort comme dans notre propre bulle

Vous ne vous sentez pas à votre place à votre travail, mais ne faîtes rien pour changer les choses. Vous sentez que votre partenaire ne vous complète pas parfaitement et n’êtes pas vraiment bien dans votre relation, mais vous ne souhaitez pas rompre parce que vos habitudes de couples vous conviennent et que vous avez peur de vous retrouver seul. Vous aimeriez apprendre de nouvelles langues, faire plus de sport, entreprendre une aventure… mais au final ne le faites jamais, parce que votre canapé est bien trop confortable ! Si une de ces situations vous est familière, continuez votre lecture. Cet article vous donnera la force dont vous avez besoin pour faire le premier pas qui changera le reste de votre vie !

Qu’est-ce que la zone de confort ?

La “zone de confort” c’est l’état mental de tranquillité conçu par les lieux dans lesquels nous nous sentons à l’aise, protégé et en sécurité dans notre vie de tous les jours. Elle est différente pour chaque personne et dépend des valeurs et des aspirations de chacun. La zone de confort peut être quelque chose de positif pour un certain temps, mais si l’on s’y habitue trop, cela nous mène à la paresse et à la passivité au moment de réagir face aux situations nouvelles. Cela peut également freiner notre développement personnel, et sur le long terme cela peut générer une sensation de frustration et de vide.

Saviez-vous que le fait que nous restions dans notre zone de confort nous vient de notre cerveau, plus précisément de notre “Formation Réticulaire” (la zone qui régule le sommeil, la douleur, les mouvements, etc…). Celle-ci prend des habitudes, qui nous pousse à rester dans notre zone de confort. Et oui, notre cerveau est paresseux de nature. Quand vous sortez de votre routine (ou zone de confort) votre cerveau brûle plus d’énergie car il doit être alerte et traiter une plus grande quantité d’informations que lors de tâches répétitives.

C’est pour cela que votre cerveau aime que vous fassiez des tâches répétitives. Ainsi il peut se connecter toujours de la même manière, ce qui lui permet d’économiser de l’énergie. Voici un exemple pratique :

Imaginons que cela fait plusieurs années que vous allez acheter le pain à la même boulangerie, et qu’un jour celle-ci soit fermée. Qu’allez-vous faire ? N’allez-vous pas acheter de pain ce jour et utiliser les restes de la veille ou irez-vous jusqu’à cette autre boulangerie qui est loin et dont vous ignorez comment y aller mais qui sera ouverte ?

Si la réponse est que “vous allez à cette boulangerie qui est loin et dont vous ignorez comment y aller” votre “Formation Réticulaire” devra réaliser de nouveaux chemins neuronales. En fait, vous serez en train d’augmenter votre zone de confort en assumant des “risques” et en prenant de nouvelles décisions.

(Cette exemple simple peut être mis en comparaison avec n’importe quelle situation de notre vie quotidienne).

Sortir de notre zone de confort nous ouvre de nouveaux chemins

Pourquoi devrions-nous sortir de notre zone “zone de confort” ?

Vous vous demandez certainement quelle est la nécessité de sortir de notre zone de confort si nous nous y trouvons si bien, n’est-ce pas ? Réfléchissons-y un peu plus profondément.

Imaginons qu’une famille soit économiquement pauvre mais qu’elle soit à son aise dans sa zone de confort. Un jour cette famille tombe dans la misère absolue, et se voit obligée à sortir de sa zone de confort et d’entreprendre de nouvelles choses et de développer de nouvelles aptitudes pour survivre. Au début, ce fut une étape très difficile à surmonter pour les membres de cette famille, mais au final la réussite leur à sourit et ils mènent une vie pleine de succès, leurs vies ayant changé du tout au tout.

Cette famille a été obligée de changer ses habitudes par nécessité et grâce aux efforts qu’ils ont produits ils ont pu sortir de leur zone de confort et mènent maintenant une vie meilleure.

Attention ! Avec cet exemple nous ne nous référons pas uniquement à la thématique économique, mais également aux aspirations de chacun comme : l’envie de voyager, l’envie de travailler dans X domaine, l’envie de faire des choses qui vous font peurs… et une fois que l’on a atteint notre objectif, on peut continuer à gravir les échelons.

Nous devons sortir de notre zone de confort pour réaliser nos rêves et envies

C’est décidé ! Je veux sortir de ma zone de confort ! Mais, comment faire ? Conseils

Sortir de sa zone de confort n’est pas toujours facile et vous aurez besoin de faire des efforts pour y arriver. Mais souvenez-vous que rien n’est impossible et que… quand on veut, on peut !

Conseil nº 1. Prendre conscience des limites de votre zone de confort.

Demandez-vous quelles sont les choses qui vous font peurs ou que vous rejetés. Pensez à votre passé, à votre présent et à ce que vous souhaitez que soit votre future. Posez-vous des questions du genre : Est-ce que je me contente de ce que j’ai ou alors je préfère réaliser mes rêves même si cela me demande beaucoup d’efforts ? Suis-je heureux avec ma vie routinière ou est-ce que je préfère relever de nouveaux défis ?

Pensez à votre travail ou à votre couple. Voulez-vous restez travailler dans votre job ennuyeux ou obtenir un travail qui vous intéresse vraiment ? Préférez-vous rester avec votre partenaire qui ne vous rend pas heureux ou préférez-vous prendre le risque de rencontrer de nouvelles personnes et de chercher votre âme-sœur ?

Conseil nº 2. Cherchez un objectif et faîtes le nécessaire pour le réaliser.

Les objectifs sont personnels et indépendants de chacun. Pensez à ce que vous souhaitez obtenir et célébrez chaque petite victoire que vous obtenez. Cela vous aidera à augmenter votre estime de vous-même, vous fera gagner en confiance et vous aidera à obtenir une meilleure version de vous-même. “Je suis en train de réaliser une chose que je pensais impossible”.

Conseil nº 3. Acceptez vos erreurs

Au début, tout est toujours plus compliqué, et c’est normal que vous ayez peur. Soyez positif et acceptez que vous ne soyez pas parfait et qu’il existe certaines situations que vous ne pouvez pas contrôler. Si vous tombez, relevez-vous ! Pensez que les erreurs sont des expériences qui vous aideront dans vos futurs succès. Et surtout, ne vous mettez pas trop de pression pour réussir.

Conseil nº 4. Changements, changements et plus de changements

Cela ne se réfère pas uniquement au changements en nous-même, au niveau psychologique, mais aussi à notre environnement. Cherchez des nouvelles situations, allez dans des endroits que vous ne connaissez pas, changer la décoration de votre chambre, changer de couleur ou de coupe de cheveux… tout dépend de vous. Vous pouvez même essayer les bienfaits du Mindfulness pour améliorer votre enthousiasme et votre bien-être émotionnel.

Conseil nº 5. Faîtes toutes les choses qui vous font un peu peur.

Avez-vous peur de connaître de nouvelles personnes ? Pensez aux excuses que vous vous donnez et aux barrières que vous vous mettez pour ne pas faire une chose et agissez en conséquence. Confrontez-vous à vos peurs peu à peu. De cette façon, vous vous sentirez chaque fois plus à l’aise car vous sentirez que vous avez le contrôle de votre vie :

Rappelez-vous qu’un peu d’anxiété peut être positive pour nous aider à réaliser nos objectifs, il nous suffit d’apprendre à la supporter.

Conseil nº 6. Le soutien est important.

Demandez à votre famille et à vos amis de vous soutenir pour surpasser vos peurs et pour lever vos barrières. Le soutien, l’admiration et le respect de leur part vous aiderons grandement. Si vous parcourez le chemin seul vous arriverez rapidement, si vous parcourez le chemin accompagné vous arrivez loin.

Conseil nº 7. Être ridicule n’a RIEN de mal.

Parfois, nous ne nous disons ou nous ne faisons pas quelque chose par peur du jugement des autres. Mais, vous savez quoi : ce que pensent ou opinent les autres de vous, c’est quelque chose qui ne doit pas vous importer. Apprenez à rire de vous-même, laissez vos amis rire de vous et riez avec eux !

Conseil nº 8. Prenez des risques.

Le fait est qu’assumer des risques est vital pour atteindre nos objectifs. Comme avait dit Muhammad Ali : “Celui qui n’est pas suffisamment courageux pour prendre des risques n’obtiendra jamais rien dans sa vie”. Et ne regrettez jamais vos actes, vous regretterez sûrement beaucoup plus au long de votre vie les choses que vous n’aurez pas faites par peur que celles que vous aurez faites par impulsivité.

Conseil nº 9. Profitez de l’inconnu.

Combien de temps cela fait-il que vous n’avez pas fait quelque chose de nouveau ? Cette incertitude et l’adrénaline que nous libérons avant de faire ces choses auxquelles nous ne sommes pas habitué. Faites un saut vers votre nouvelle vie et profitez des nouvelles expériences, rappelez-vous que nous n’avons qu’une seule vie et qu’il nous faut la vivre maintenant ! Attention ! Vous pouvez profiter de l’inconnu sans être trop imprudent.

Conseil nº 10. Battez-vous pour réaliser vos rêves et ne vous laissez pas abattre par qui ou par quoi que ce soit.

Les grandes choses s’obtiennent à l’aide de grands sacrifices et de ténacité. Bien que vous pouvez sentir parfois un manque de motivation pour continuer, rappelez-vous que le calme vient après la tempête. De plus, quand vous aurez accompli vos objectifs vous servirez d’exemple pour beaucoup de personnes qui aurons vus vos progrès. Et une fois un objectif atteint, attelez-vous à relever de nouveaux défis.

Rêvez de ce dont vous souhaitez obtenir dans le futur, travailler dur et vous l’obtiendrez car tout dépend du fait que vous sachiez être le protagoniste principal de votre vie.

“Le meilleur de votre vie commence lorsque vous quittez votre zone de confort !”

Patience, confiance et persévérance sont les clés de la réussite. À vous de jouer ! 

Si vous avez une question quelle qu’elle soit, s’il vous plait laissez la ci-dessous, nous serons enchantés d’y répondre 😉

“Source : Mairena Vázquez : psychologue spécialisée en psychologie clinique juvéno-infantile. Passionnée de neuroscience et d’investigations sur le cerveau humain. Membre active de différentes associations, intéressée par les organisations humanitaires et les urgences. Elle adore travailler en compagnie des personnes âgées et écrire des articles qui peuvent les aider ou les inspirer.”