Syndrome du Burnout et épuisement professionnel, comment prévenir ses symptômes : travailleurs au bord de la crise de nerfs !

 

C’est devenu l’un des troubles sociaux modernes les plus courant : l’épuisement professionnel ou le syndrome du Burnout affecte beaucoup de secteurs professionnels différents, et son taux de croissance semble être sans limites. Dans cet article, notre psychologue Cristina Martínez de Toda vous invite à mieux connaître le syndrome du Burnout et à apprendre des stratégies pour prévenir ses symptômes. Comme disait Oscar Wilde “l’unique avantage de jouer avec le feu est que l’on apprend à ne pas se brûler”

Il est clair que ce trouble est plus difficile à éviter que d’autres, parce que malheureusement nous sommes tous vulnérables au Burnout et nous sommes tous des victimes potentiels de ce syndrome. Nous devons tous (ou l’immense majorité d’entre nous) travailler pour pouvoir survivre, et certains ont plus de chance que d’autres quant à leurs conditions professionnelles. Si changer de travail n’est pas une option possible, nous vous proposons une série de techniques pour faire face et prévenir le syndrome du Burout, afin de ne pas arriver à un épuisement professionnel.

Burnout symptômes épuisement professionnel

Épuisement professionnel, travailleurs au bord de la crise de nerfs !

Qu’est-ce que le syndrome du Burnout ?

Le Burnout ou l’épuisement professionnel est un trouble émotionnel qui a de graves conséquences sur la santé physique et psychologique. Il s’agit d’un épuisement physique, mental et émotionnel, dans lequel l’intérêt des tâches et des responsabilités du quotidien diminue peu à peu, et la personne qui en souffre expérimente des changements de comportements importants. C’est d’ailleurs un facteur clé pour identifier ce trouble.

Paradoxalement, il affect généralement es personne qui ont fait de leur profession une vocation, comme c’est le cas dans les domaines de la médecine, les soins infirmiers, le travail social, la psychologie et l’enseignement. C’est à dire, les professions dans lesquels on travail en relation avec les autres.

Vous vous demandez pourquoi ? C’est parce que le principal risque de développer un syndrome de Burnout est lorsqu’il existe une dissonance entre nos expectatives et la réalité de notre travail.

“Qui n’espère rien, ne perd rien”

Les difficultés pour être promu dans notre société, pour que l’on apprécie notre travail ou que l’on prenne en compte notre opinion, les difficultés pour trouver un salaire qui s’adapte à nos expectatives ou à notre formation, etc…

Burnout symptômes épuisement professionnel

Syndrome du burnout : l’épuisement professionnel

Le syndrome du Burnout est l’une des principales causes de congé maladie au travail, avec le mobbing et la dépression. Il affecte majoritairement les personnes de moins de 35 ans, lors de leur première expérience professionnelle. Tristement, la majorité finissent par abandonner leurs idéaux et s’aligne aux normes de leur profession, développant parfois un syndrome du Burnout chronique.

Au bord de la crise de nerfs : symptômes du Burnout

La difficulté pour se lever le matin ou à sensation d’être fatigué malgré le fait d’avoir dormi suffisamment sont les premiers signaux d’alarme.

Des sentiments comme la frustration, la sensation de manque d’efficacité, d’échec ou d’impuissance sont très communes lors de l’épuisement professionnel. Généralement le fait d’être exposé au syndrome du Burnout sur le long terme peut entraîner le développement de pathologies plus graves comme l’anxiété ou la dépression.

Au niveau physique des altération du sommeil, de la digestion (brûlures, acidités, etc…) peuvent se produire, tout comme des tachycardie, des difficultés à s’endormir voir même des insomnies. Lorsque les symptômes se prolongent dans le temps, cela peut produire des céphalées, un déficit de communication et une baisse du rendement.

Ces symptômes peuvent dériver en abus de médicaments, de drogues ou d’alcool dans une tentative peu efficace de la personne qui souffre de se libérer du poids qu’elle ressent.

Il est vital que si vous expérimenter ces symptômes vous vous rendiez le pus rapidement possible chez un professionnel. Comme pour la plupart des troubles, commencer à le traiter le plus tôt possible permet une meilleure récupération. Ne laissez pas les choses s’empirer et demandez de l’aide si c’est nécessaire !

“Comme pour la plupart des troubles, le manque d’information et la négation augmentent grandement l’épidémiologie élevée de ce syndrome”

Test de l’épuisement professionnel. Identifiez si vous souffrez du syndrome du Burnout.

L’échelle diagnostic développée par Maslach mesure les trois aspects principaux du syndrome du Burnout : l’épuisement, la dépersonnalisation et l’efficacité professionnelle. Vous devez répondre en notant chaque affirmation de 1 à 6 (1 : jamais ; 6 : toujours). Essayez d’être le plus sincère possible.

  1. Je me sens émotionnellement épuisé par mon travail.
  2. Je me sens fatigué à la fin d’une journée de travail.
  3. Je me sens fatigué quand je me lève le matin et que je dois aller au travail.
  4. Je comprends facilement comment se sentent les patients.
  5. Je crois que je traite certains patients comme s’il s’agissait d’objets impersonnels.
  6. Travailler toute la journée avec beaucoup de gens demande un grand effort.
  7. Je traite les problèmes des patients très efficacement.
  8. Je me sens “à bout” à mon travail.
  9. Je pense que j’influence positivement la vie de gens à mon travail.
  10. Je suis devenu plus insensible avec les gens depuis que j’exerce cette profession.
  11. Je suis préoccupé par le fait que ce travail m’endurcie émotionnellement.
  12. Je me sens très actif.
  13. Je me sens frustré à mon travail.
  14. Je pense que je travaille trop.
  15. Je ne me préoccupe pas vraiment de ce qui arrive à mes patients.
  16. Travailler directement avec les gens me stress.
  17. J’arrive à créer facilement une atmosphère relâchée avec mes patients.
  18. Je me sens stimulé après avoir travaillé avec mes patients.
  19. J’ai réalisé beaucoup de choses utiles à mon travail.
  20. Je me sens épuisé.
  21. À mon travail je traite les problèmes émotionnels avec beaucoup de calme.
  22. Je sens que les patients me culpabilisent pour certains de leurs problèmes.

Avez-vous répondu ? Voici comment calculer votre résultat. Additionner les points totaux afin de savoir quelle est votre ponctuation pour chaque échelle. Une ponctuation en dessous de 33 indique la présence d’un syndrome de Burnout.

  1. Échelle d’épuisement émotionnel : Évaluer votre vitalité émotionnelle.
  • –          Objets : 1,2,3,6,8,13,14,16,20
  • –          Ponctuation maximale : 54

 

  1. Échelle de dépersonnalisation : Montre votre niveau de cynisme. Jusqu’à quel point êtes-vous conscient du peu que vous importe votre travail, et votre distance avec celui-ci.
  • –        Objets : 5,10,11,15,22
  • –        Ponctuation maximale : 30

 

  1. Échelle de réalisation personnelle : Évaluez vos propres sentiments d’auto-efficacité perçue.
  • –          Objets : 4, 7, 9, 12, 17, 18, 19, 21
  • –          Ponctuation maximale : 48

Un résultat supérieur à 33 en additionnant les deux première échelle et inférieur à 33 pour la dernière échelle signifie un syndrome de Burnout

Burnout symptômes épuisement professionnel

Comment faire face aux symptômes du burnout

Conseils pour prévenir et affronter le syndrome du Burnout

La prévention de ce trouble est fondamentale, et bien que l’aide d’un spécialiste soit nécessaire pour récupérer d’un Burnout, vous pouvez suivre ces quelques conseils qui vous aideront à prévenir son apparition :

Conseil 1 : Développez une attitude assertive

Apprenez des stratégies efficaces pour ne pas vous surcharger de travail, pour ne pas accepter les responsabilités qui ne vous concernent pas et le plus important de tout, apprenez à dire non sans vous sentir coupable grâce à ces techniques d’assertivité pour améliorer vos relations sociales.

Le fait de développer des stratégies assertives de communication vous aidera à exposer vos points de vue et vos opinions à vos collègues et à vos supérieurs d’une manière constructive et non destructive.

Jetez un coup d’œil, ça vaut la peine !

Conseil 2 : Modifiez vos expectatives professionnelles

Attention, cela ne veut pas dire que vous devez perdre toutes vos illusions et vos objectifs personnels. Il s’agit simplement de faire une réévaluation de ceux-ci et de vous demander s’ils sont adéquats et s’ils sont réalisables dans votre environnement professionnel.

Essayez de chercher un point intermédiaire qui s’ajuste à la réalité, mais sans renoncer à vos aspirations. Prenez l’adversité comme une expérience de plus pour grandir personnellement.

Conseil 3 : Faites des changements dans votre distribution de temps sommeil-travail-loisir

Il est indispensable pour la prévention du syndrome du Burnout que votre vie ne tourne pas autour de votre travail. Il est nécessaire que vous dédiiez minimum 10 minutes tous les jours à un hobby ou une activité qui vous déconnecte du travail et que vous “désintoxique” des émotions négatives qu’il vous produit. Maintenez des habitudes de sommeil régulières, et essayez d’adaptez votre rythme sommeil-travail-loisir à une certaines routine.

Dédiez du temps à vos relations personnelles, mais dans ces moments essayez de ne pas faire référence au fait que vous êtes épuisez par votre travail. Concentrez-vous simplement sur le fait de profiter de la compagnie.

Conseil 4 : Pratiquez des techniques de relaxation

Ces techniques vous aideront à combattre les symptômes du stress associé au trouble et à l’anxiété. Vous avez des milliers d’options, de la musique relaxante à la peinture en passant par la lecture et les balades en pleine air…

Nous vous recommandons de pratiquer la méditation MindFulness, pratique qui vous permettra d’éloigner les symptômes de la dépression. Découvrez ce qu’est la méditation Mindfulness !

Burnout symptômes épuisement professionnel

Pratiquez des techniques de relaxation afin d’éviter l’épuisement professionnel

Conseil 5 : Jouez à la loterie

Ce dernier conseil est bien-sûr une blague ! Il existe actuellement un sérieux problème de ludopathie (addiction aux jeux d’argent), surtout chez les jeunes. Et la dernière chose que nous voulons est que vous entriez dans ce cercle. Travaillez et faites les efforts nécessaires mais ne soyez pas frustré. Et si quelque chose ne vous plait pas, essayez de l’améliorer. Il se peut que ces conseils pour vos aider à sortir de votre zone de confort vous soient utiles.

Et vous ? Vivez-vous pour travailler ou travaillez-vous pour vivre ?

 

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

“Source : Cristina Martinez de Toda, psychologue de Cognifit spécialisée en neuropsychologie et en neuroscience appliquée à l’éducation.”

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

This post is also available in: Espagnol Allemand