Maladies neurodégénératives : que sont-elles, quelles sont leurs caractéristiques, leurs traitements et leurs préventions

Que sont les maladies neurodégénératives ? Les maladies neurodégénératives ont comme caractéristique d’endommager le système nerveux, provoquant une détérioration cognitive accompagnée de changements de comportement ainsi que de changements dans le fonctionnement de l’organisme. Dans cet article nous allons vous expliquer tout ce que vous devez savoir sur ces maladies :  quelles sont les maladies neurodégénératives, quels sont leurs caractéristiques, leurs symptômes, leurs conséquences et quels sont les traitements possibles ainsi que d’autres informations intéressantes.

Maladies neurodégénératives

Maladies neurodégénératives

Que sont les maladies neurodégénératives ? Les maladies neurodégénératives peuvent être définies comme un type de maladie qui comme nous l’avons dit affecte le système nerveux d’une manière particulière : elles provoquent la mort des neurones, ce qui entraîne la dégénération du tissu nerveux. Cela engendre différentes manifestations neuropsychologiques qui sont exprimées de manières différentes selon la maladie dont il s’agit. Il existe de nombreuses maladies neurodégénératives, et chacune d’elles à ses propres caractéristiques. Voici la liste des maladies que nous allons aborder dans cet article :

  • La maladie d’Alzheimer
  • La maladie de Parkinson
  • La sclérose en plaques

Qu’est-ce qui provoque l’apparition d’une maladie neurodégénérative ? Actuellement il n’existe pas de cause concrète connue qui soit à l’origine du développement de ces maladies. Mais des relations entre les facteurs génétiques et les facteurs environnementaux avec ces maladies ont été découvert. De plus, les recherches continues sur ces maladies ont mis en évidence comme principale facteur l’âge.

Types de maladies neurodégénératives et comment celles-ci se manifestent

Nous allons aborder les maladies neurodégénératives que nous avons nommé plus haut afin de connaître leurs principales caractéristiques, comment elles se manifestent chez les personnes qui en souffrent et de pouvoir les distinguer des autres maladies qui peuvent parfois sembler similaires mais qui ne le sont pas.

  • Maladie d’Alzheimer : L’association des personnes qui souffrent de la maladie d’Alzheimer définit cette maladie neurodégénérative comme un maladie cérébrale qui provoque une perte progressive de la mémoire et de la manière de penser. Cette perte de mémoire est si grave que la personne qui en souffre rompt complètement avec ses activités quotidiennes. Parmi ces caractéristiques principales nous pouvons souligner : pertes de mémoire qui limitent l’autonomie, difficulté pour planifier et pour résoudre les problèmes, limitations dans la réalisation des tâches ou des travaux qui étaient réalisés auparavant avec facilité, désorientation, difficulté du langage aussi bien écrit que parlé, perte d’initiative et changements de personnalité. Voici une vidéo courte qui est l’une des 15 vidéos enregistrées à l’occasion de la journée mondiale Alzheimer, dans laquelle des personnalités (ici Elie Semoune) lisent les témoignages de personnes qui vivent en compagnie de proches qui souffrent de cette maladie. Ainsi, vous pourrez découvrir qu’est-ce que cela implique de vivre avec une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer et quelles sont les difficultés qui peuvent être rencontrées. Problèmes de mémoire, quand faut-il se préoccuper ? Il existe des évaluations neuropsychologiques qui peuvent aider à détecter les déficits cognitifs et qui peuvent servir à diagnostiquer la maladie d’Alzheimer.

  • Maladie de Parkinson :  Selon l’Institut National des troubles neurologiques et des accidents cardiovasculaires, cette maladie se caractérise par une détérioration rapide qui entraîne la mort des cellules nerveuses. Ses principaux symptômes sont : tremblements des extrémités (qui disparaissent pendant le sommeil), rigidité des muscle (qui sont toujours tendus et contractés), bradykinésie (diminution des mouvements), ce qui affecte les actes de la vie quotidienne de ceux qui en souffrent, car ils auront besoins de plus de temps pour se laver ou s’habiller par exemple. Il faut également préciser qu’il existe avec cette maladie une instabilité posturale, qui provoque souvent de nombreuses chutes chez les personnes malades. Il existe des programme cliniques d’évaluation cognitive pour les personnes qui souffrent de la maladie de Parkinson.
  • Sclérose en plaques : Cette maladie affecte le système nerveux dans son ensemble à travers différents symptômes : fatigue, douleur, tremblements, pertes d’équilibre, limitation du langage, etc… Il existe différents types de sclérose selon la forme que prennent les symptômes, mais la plus commune et celle qui affecte le plus de personnes est la sclérose en plaques de forme récurrente.

Existe-t-il un traitement pour les maladies neurodégénératives ?

Le Dr. Prusiner met en évidence l’importance de réaliser continuellement des recherches avec lesquelles on peut obtenir des résultats afin de développer un traitement efficace pour les personnes qui souffrent de ce type de maladie. Cette importance réside dans le grand pourcentage de personnes qui souffrent de ces maladies et de la probabilité que ce pourcentage augmente en même temps qu’augmente l’espérance de vie. Actuellement, la maladie qui a le plus grand pourcentage de ces trois maladies neurodégénératives est la maladie d’Alzheimer.

Le Dr Prusiner affirme qu’il reste encore un long chemin à parcourir avant d’arriver à un traitement efficace pour toutes ces maladies neurodégénératives, mais pointe le fait que des indices qui aident à avoir une meilleure compréhension de ces maladies ont été découvert. Il semblerait que toutes ces maladies qui sont considérées des maladies neurodégénératives ont un facteur commun : la déficience dans les processus des Protéines, même si il faut souligner que les déficiences sont distinctes pour chacune des maladies neurodégénératives.

Les scientifiques sont au claire sur une chose, c’est qu’ils ne savent pas si un traitement pour ces maladies sera trouvé, mais les nombreuses recherches pointent un traitement à base de cellules souches bien que l’on ne sache pas avec certitude comment stimuler ces dernières afin qu’elles créent des connections une fois injectées dans le cerveau. Ce qui est clé avec ces maladies est leur détection précoce, de cette manière il y aura une détérioration plus faible du système nerveux et la récupération sera plus facile.

L’investigation avance à grand pas dans les diagnostics des maladies neurologiques, et ces découvertes peuvent être également appliquées aux maladies neurodégénératives. Ainsi, les technologies d’images, comme les IRM (image par résonances magnétiques) et la tomographie par émission de positrons, sont utilisées afin de diagnostiquer ce type de maladie. Grâce à ces outils technologiques il est possible de détecter les dégénérations provoquées par la maladie et ainsi pouvoir détecter celle-ci de façon plus précoce.

En conclusion, en ce qui concerne le traitement de ces maladies nous savons qu’il n’existe pour le moment rien de concrète qui puisse les soigner, mais il existe une possibilité claire de découvrir les clés qui permettront d’arrêter a progression de ces maladies grâce aux nombreuses investigations qui sont chargées de les étudier en détail.

Comment prévenir et traiter les maladies neurodégénératives ?

Voici quelques conseils à suivre au niveau comportemental et cognitif qui sont efficaces pour prévenir l’apparition des maladies neurodégénératives. Ces conseils peuvent également être appliqué dans le cas d’une personne qui souffre déjà de l’une de ces maladies afin de ralentir la progression de celle-ci. Découvrez l’importance de la réserve cognitive dans la prévention de l’apparition de maladies neurodégénératives.

  1. Maladie d’Alzheimer : Les personnes diagnostiquées de la maladie d’Alzheimer peuvent s’appuyer sur une grande quantité de soutiens qui leur permettent de jouir d’une meilleure qualité de vie, comme par exemple la participation à des activités qui améliore le moral (selon les goûts de la personne), les interventions comportementales (pour les agressions, les troubles du sommeil ou de appétit, etc…), la coordination entre tous les professionnels de la santé et surtout pouvoir compter sur un grand nombre d’informations proportionnées par les équipes de soins spécialisées qui participent au soutien inconditionnel au personnes qui souffrent de cette maladie. Il existe également des programmes de réhabilitation cognitive pour les personnes qui souffrent de la maladie d’Alzheimer.
  2.  Maladie de Parkinson : De nombreuses investigations pointent le fait que l’exercice physique peut aider à prévenir cette maladie neurodégénérative. L’exercice physique doit être du type cardio, comme la course, la marche, ou encore pratiquer un sport avec régularité. La physiothérapie aide également à maintenir une bonne résistance et un bon équilibre. Il est aussi conseillé de faire de la gymnastique cérébrale. D’un autre côté, les patients qui sont diagnostiqués de la maladie de Parkinson voient une amélioration lorsqu’ils pratiquent la danse. Si ! La danse a de nombreux effets bienfaits sur ces personnes, comme améliorer leur état de fatigue, leurs relations sociales et en résumé, être plus heureux. Il existe des exercices cliniques validés de stimulation cérébrale pour les personnes qui souffrent de la maladie de Parkinson.
  3.  Sclérose en plaques : Des facteurs qui peuvent s’avérer importants pour prévenir l’apparition de cette maladie sont les prédispositions génétiques ainsi que les facteurs environnementaux. De plus, les investigations les plus récentes ont mises en évidence une possible prédisposition à souffrir de cette maladie grâce à une analyse d’anticorps. En effet, il semblerait que les personnes qui souffrent de cette maladie ont un anticorps qui ne se trouve pas chez les personnes saines. Ainsi, en continuant les recherches, une manière de détecter cette maladie d’une façon plus précoce pourrait être découverte. Mais, qu’est-il recommandé lorsqu’une personne souffre déjà de cette maladie ? Il existe plusieurs conseils à suivre qui aident à améliorer la qualité de vie des personnes malades, comme par exemple consulter son médecin pour qu’il traites les symptômes de la maladie (comme la douleur), il est également déconseillé de fumer du tabac, il est conseillé de faire de nombreuses pauses lors d’exercices physiques afin de prévenir la fatigue, et il est très recommandé de faire de la réhabilitation à la maison ou directement dans un centre de réhabilitation. Il existe des programmes de stimulation cognitive pour les personnes qui souffrent de sclérose en plaques.

Merci beaucoup de nous avoir lu. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions plus bas 🙂

« Source : Noelia Chaves Castaño, psychologue en formation continue de CogniFit. »

This post is also available in: Espagnol Allemand Russe