Système limbique : qu'est-ce que c'est, quelles sont ses fonctions et sa relation avec nos émotions ?

Qu'est-ce que le système limbique ? Allergie, peur, colère, tristesse, dégoût, etc… Même si nous nous sentons parfois débordés par une émotion intense, la vérité est que nous ne pouvons pas vivre sans elles. Que ferions-nous si par exemple nous ne pouvions pas ressentir la peur ? Nous serions certainement téméraires à un point quasi suicidaire. Dans cet article, nous vous expliquons ce qu'est le système limbique, quelles sont ses fonctions et ses altérations. Quelle relation existe-t-il entre le système limbique et nos émotions ?

Système limbique
Système limbique. Photo de xxolgaxx sur Pixabay

Qu'est-ce que le système limbique ? Depuis l'époque d'Aristote, l'énigmatique monde des émotions humaines est investigué. Historiquement, il s'agit d'un terrain conflictuel, rempli de débats intenses, jusqu'à ce que le fait que les émotions soient inhérentes aux êtres humains soit acceptées de tous. Actuellement, la science confirme qu'il existe un système cérébral, le système limbique, qui régule ces émotions.

Le terme de "système limbique" nous vient de Paul D. MacLean qui en 1952 le désigne comme un support neuronal pour les émotion (Maclean, 1952). Il propose également le concept du cerveau trinitaire, qui dit que le cerveau humain est composé de trois cerveaux : le cerveau reptilien, le système limbique et le néocortex.

Composants du système limbique

Le système limbique contient beaucoup de centres et de composants, mais pour faire simple voici ceux qui jouent des rôles importants : les amygdales, l'hippocampe, l'hypothalamus et le cortex cingulaire.

"L'hypothalamus, le noyau cingulaire antérieur, le gyrus cingulaire, l'hippocampe et leurs connections constituant un mécanisme harmonieux qui réalise les fonctions émotionnelles centrales et qui participe également à l'expression émotionnelle" James Papez, 1937

Fonctions du système limbique

Système limbique et émotions

Quand nous parlons d'émotions, nous ressentons automatiquement une sensation de rejet. Il s'agit d'une association qui perdure depuis longtemps. Auparavant, on voulait que les émotions embrumaient la raison et l'intelligence. Certains groupes défendaient même que les émotions nous rabaissaient au niveau des animaux. En réalité, cette affirmation est assez vraie, car comme nous allons le voir, les émotions ne sont que le système qui nous permet de survivre.

entraînement cérébral cognifit

Les émotions sont définies comme des réactions interconnectées qui résultent des états de récompense et de punition. Les premiers sensibles des réactions comme la satisfaction, le confort et le bien-être, ce qui entraînent les animaux (humains compris) vers une stimulation adaptative.

  • Les réponses automatiques et les émotions dépendantes du système limbique : la relation entre émotions et réponses automatiques (changements corporels) est essentielle. Les émotions représentent le dialogue entre le corps et le cerveau. Le détecter une stimulation négative du cerveau et envoyer l'information au corps afin que celui-ci agisse de manière adéquate à cette stimulation. L'étape suivante est que les changements dans notre corps sont des faits conscients, et c'est ainsi que nous sommes capables d'identifier nos propres émotions. Par exemple, les réponses de peur et de colère sont initiées par le système limbique, qui provoquent un effet de diffusion dans le système nerveux. La réponse corporelle massive, connue comme la réponse de « fuite ou lutte », prépare l'individu à réagir face à une situation menaçante par la fuite ou par la lutte en révélant son rythme cardiaque, sa respiration et sa pression sanguine.
  • La peur dépend du système limbique : des réponses de peur peuvent être produites par une stimulation de l'hypothalamus et des amygdales. C'est pour cela que la destruction des amygdales abolit les réactions de peur et leurs effets corporels. Les amygdales sont également impliquées dans l'apprentissage par la peur. Une étude de neuroimages confirme que la sensation de peur active l'amygdale gauche.
  • La colère et la quiétude sont des fonctions du système limbique : des réponses de colère ont pu être révélées suite à une stimulation minimale suite à l'extirpation du néocortex. La destruction de plusieurs zones de l'hypothalamus, comme les noyaux ventromédian et les noyaux septaux, qui sont également responsables de la colère chez les animaux. La colère peut également être provoquée par une stimulation de zones plus large du cerveau moyen. Au contraire, la destruction bilatérale des amygdales produit de la quiétude.
  • Le plaisir et l'addiction sont initiés dans le système limbique : le circuit du plaisir et des comportements addictifs comprend les amygdales, le noyau accumbens et l'hippocampe. Ce circuit est impliqué dans la motivation de la consommation de drogues, ainsi que dans la nature compulsive de la consommation et les rechutes.

Fonctions non émotionnelles du système limbique

Le système limbique participe entre autres aux fonctions liées à la survie. Il a été très largement décrit dans la littérature scientifique quels sont les circuits spécialisés dans les fonctions comme le sommeil, le comportement sexuel ou la mémoire.

Il va de soi que la mémoire est une fonction essentielle à la survie. Il existe plusieurs types de mémoire, comme la mémoire émotionnelle qui fait référence aux stimulations ou aux situations vitales. Les amygdales, le cortex préfrontal et l'hippocampe interviennent dans l'acquisition, l'entretien et l'extinction de la mémoire phobique, comme par exemple la peur intense des araignées, qui a été activée dans notre espèce pour faciliter sa survie.

Le système limbique contrôle également les comportements alimentaires et l'appétit, tout comme le système olfactif.

test dépression cognifit

Implications cliniques : altérations du système limbique

1- Démence

Le système limbique est lié aux causes des maladies neurodégénératives, et en particulier avec celles de la maladie d'Alzheimer et de la maladie de Pick. Une atrophie caractérisée du système limbique a été constatée chez de nombreux patients atteints de ces maladies, en particulier au niveau de l'hippocampe. il y a également dans la maladie d'Alzheimer des plaques séniles ainsi que des dégénérescences neurofibrillaires dispersées.

2- Anxiété

Les troubles de l'anxiété sont le résultat d'une anomalie dans la régulation de l'activité des amygdales. Les circuits de la peur ont été assez largement décrits, et ceux-ci incluent les amygdales, le cortex préfrontal et le cortex circulaire antérieur (Cannistraro, 2003).

3- Épilepsie

L'épilepsie est une conséquence d'une altération du système limbique. L'épilepsie du lobe temporel est la plus commune chez les adultes et est généralement due à une sclérose de l'hippocampe. Il semblerait que ce type d'épilepsie soit dû à un dysfonctionnement du système du système limbique.

4- Troubles affectifs

Il y a des études qui ont montré une variation dans le volume du système limbique dans les troubles affectifs comme les troubles bipolaires et la dépression. Des études fonctionnelles ont révélé une plus faible activité du cortex préfrontal et du cortex cingulaire antérieur chez les personnes qui souffrent de troubles affectifs. Le lobe cingulaire antérieur est le centre de l'intégration attentionnelle et émotionnelle, et intervient dans le contrôle des émotions.

5- Autisme

L'Autisme et le syndrome d'Asperger engendrent une altération des relations sociales. Les structures du système limbique, comme le gyrus cingulaire et les amygdales sont altérées par ces maladies.

Merci beaucoup de nous avoir lu. N'hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions plus bas 🙂

« Source : Xabi Ansorena, rédacteur de CogniFit licencié en psychologie avec un master en neuropsychologie.

Références:

Cannistraro, PA, et Rauch, SL (2003). Circuits neuronaux de l'anxiété : preuves issues d'études de neuroimagerie structurelles et fonctionnelles. Psychopharmacol Taureau, 37 8-25

Rajmohan, V., et Mohandas, E. (2007). Le système limbique. Journal indien de psychiatrie 49 (2): 132-139

Maclean PD. Le cerveau trinitaire dans l'évolution : Rôle dans les fonctions paléocérébrales. New York : Plenum Press ; 1990

Roxo, M.; Franceschini, relations publiques ; Zubaran, C.; Kléber, F.; et Sander, J. (2011). La conception du système limbique et son évolution historique. LeMondeScientifiqueJOURNAL, 11, 2427–2440

Morgane, PJ, et Mokler, DJ (2006). Le système limbique : résolution continue. Examens des neurosciences et du biocomportement, 30 : 119–125

Quoi de neuf