Archives par mot-clé : Adultes

Comment mémoriser plus vite : 8 méthodes infaillibles pour améliorer sa mémoire

Comment mémoriser plus vite ? La capacité à mémoriser est fondamentale : elle nous permet de réussir nos études, de réaliser notre travail et nous aide dans presque toutes nos tâches quotidiennes. Certaines personnes ont la chance d’avoir des facilités innées pour mémoriser les choses, d’autres non. Mais si vous faites partie du second groupe, ne vous inquiétez pas : il est possible de développer sa mémoire si on l’entraîne correctement. Découvrez dans cet article comment améliorer sa mémoire !

Grâce à l’entraînement cérébral et à l’utilisation de techniques de mémorisation, vous ferez de votre cerveau votre meilleur allié. Dans cet article, la neuropsychologue Cristina Martínez de Toda vous invite à découvrir les dernières recherches sur la capacité de mémorisation, ainsi que certaines méthodes de mémorisation qui vous aideront à mémoriser plus vite. Êtes-vous prêts ? On y va !

Comment mémoriser plus vite et améliorer sa mémoire

Pour commencer, il faut comprendre que la mémoire est une construction complexe qui fait partie de nos capacités cognitives. De cette façon, le terme de mémoire ne peut pas être compris sans l’ensemble des capacités qui la composent. La mémoire est une construction de plusieurs fonctions cérébrales qui se complètent et interagissent entre elles.

Les éléments comme la mémoire verbale, la capacité de dénomination, la mémoire visuelle, la mémoire auditive, la mémoire de travail, la mémoire contextuelle, l’attention partagée, la mémoire sélective, la mémoire volontaire, la concentration et la planification sont fondamentales pour le bon fonctionnement de notre mémoire en général.

Chaque personne est unique, et chacun possède ses propres processus de mémorisation. Certaines personnes sont capables de retenir une information simplement après l’avoir entendue à la radio. D’autres, au contraire, préfèrent écrire l’information dont ils souhaitent se rappeler, ou encore la répéter à voix haute. D’autres encore optent pour des schémas de couleur pour aider à graver les informations dans leur mémoire. Et vous ?

La première étape pour apprendre à mémoriser plus vite est de découvrir et définir quel est votre type de mémoire. Il s’agit de détecter quels sont vos points forts lorsque vous mémorisez quelque chose, afin d’utiliser la technique de mémorisation la plus adaptée à votre type de mémoire. Aimez-vous écrire les choses pour les retenir ou êtes-vous plutôt du style à faire des allers et retours dans le salon en répétant à voix haute ce que vous souhaitez apprendre ?

“La mémoire est la sentinelle du cerveau” William Shakespeare.

Il existe autant de styles de mémoire que d’individus. Certains enregistrent les choses qu’ils souhaitent retenir (en les lisant à voix haute par exemple) puis écoutent l’enregistrement en boucle pendant leurs activités quotidiennes. Ces personnes ont une mémoire auditive.

Les meilleures méthodes pour mémoriser plus vite

Même s’il n’y a pas de méthode universelle pour mémoriser plus vite car la mémoire de chacun fonctionne de manière différente, il existe tout de même une série de méthodes approuvées scientifiquement qui aident à augmenter la capacité de mémorisation.

La concentration est un élément crucial pour mémoriser plus vite. Si vous souhaitez améliorer votre concentration, nous vous invitons à lire l’article suivant : Jeux de concentration mentale : 10 exercices indispensables pour votre quotidien.

Il convient de mentionner qu’une alimentation saine et équilibrée, sans excès, aide notre cerveau et donc également notre mémoire. Découvrez comment notre alimentation affecte notre cerveau et quelles sont les vitamines qui permettent d’augmenter notre capacité cérébrale et où les trouver.

Comment mémoriser plus vite : 8 méthodes efficaces pour améliorer sa mémoire

Méthode 1 : Le jouet extraterrestre

Une étude publiée dans la revue Psychological Science montre que deux chercheurs semblent avoir découvert une méthode efficace pour augmenter la capacité de mémorisation. Ils ont misé sur … le jouet extraterrestre.

Ces chercheurs ont réalisé une étude de terrain dans une cafétéria des États-Unis d’Amérique en donnant à la moitié des clients un bon de réduction pour une prochaine consommation dans les jours suivants. À la moitié d’entre eux ils ont dit qu’un jouet du film de Toy Story, l’extraterrestre à trois yeux, serait disposé sur la caisse de paiement. Ils ont simplement donné les bons de réduction à l’autre moitié sans leur dire rien de plus

Ils furent surpris de constater que les clients auxquels ils avaient mentionné le jouet extraterrestre avaient utilisé bien davantage leur bon de réduction que les autres.

Cette expérience montre qu’une bonne méthode pour augmenter les capacités de mémorisation est l’utilisation des rappels par association.

Comment utiliser ces résultats pour augmenter sa mémoire dans la vie quotidienne ?

Les chercheurs vous encouragent à jouer avec toute stimulation significative : une odeur, une image, un son… (rappelez-vous de vos points forts !). Faites une association entre ce que dont vous souhaitez vous souvenir et la stimulation. Plus la stimulation sera inhabituelle, meilleurs seront les résultats.

Vous pouvez donc oublier les vieilles méthodes et arrêter de vous écrire dans la main, stopper les alarmes de votre téléphone et enlever les mille et un post-it qui recouvrent votre bureau.

Oserez-vous essayer ?

Méthode 2 : la technique du Chunking pour mémoriser plus vite

La technique du Chunking (technique des groupes) consiste à mémoriser en petites parties des informations plus complexes. Elle est spécialement utile pour la mémorisation de numéros – moins pour les concepts plus complexes ou les textes.

En regroupant visuellement des numéros, cela rendra plus facile leur mémorisation.

Exemple : le numéro de la Maison Blanche est optimisé pour être mémoriser en groupe, étant le Chunking des numéros 202, 456 et 1111, au lieu d’un seul numéro plus complexe : 2’024’561’111

Méthode 3 : la technique de l’enchaînement pour mémoriser plus vite

Quand vous devez mémoriser une série de concepts qui n’ont rien les uns avec les autres, cette technique est idéale.

Elle consiste à regrouper des concepts très différents entre eux en formant une phrase, de façon qu’en mémorisant cette phrase vous pouvez retenir chacun de ces concepts sans en oublier un seul.

Note : Plus la phrase est étrange, plus vous la retiendrez facilement.

Méthode 4 : la technique de mémorisation par classement pour mémoriser plus vite

Cette technique consiste à classer l’information à retenir afin de la mémoriser plus vite.

Exemple : si vous devez apprendre la liste des pays de l’Union Européenne, vous pouvez les classer par groupe de pays avec les pays scandinaves, les pays slaves, les pays méditerranéens, etc…

Méthode 5 : les moyens mnémotechniques pour mémoriser plus vite

Un moyen mnémotechnique consiste à former un mot avec les initiales ou les premières syllabes de ce que l’on souhaite mémoriser. C’est une technique idéale pour mémoriser une liste de mots.

Exemple : si vous devez mémoriser la liste des courses, qui contient du SUcre, du PERsil, de la MARgarine et du fromage de CHÈvre, vous pourrez mémoriser facilement les mots SUPER MARCHÉ.

Cela vous évitera de tourner en rond dans les rayons du super marché.

Méthode 6 : technique de la répétition pour mémoriser plus vite

Répétez ce que vous devez mémoriser. Jusqu’à ce que vous n’en puissiez plus.

Cette technique est spécialement utile si vous avez des difficultés à vous rappelez des noms des personnes que l’on vient de vous présenter.

Par exemple : si vous avez des difficultés pour retenir les noms lors d’une fête dans laquelle on vous présente 7 personnes en 10 minutes, la clé consiste à répéter le nom de la personne lorsque l’on vous la présente en regardant son visage. “Enchanté Marie” “Et toi Marie, qu’est-ce que tu fais dans la vie ?” “Que penses-tu de cette fête Marie ?”.

En plus d’aider à retenir les noms, appeler quelqu’un par son nom peut aider à créer un lien car la personne est consciente que vous vous intéressez à elle.

Une autre technique assez curieuse pour mémoriser un mot court ou un nom est de le répéter 3 fois en bougeant votre tête. C’est à dire en tournant votre tête de gauche à droite pendant que vous vous répétez le nom. Par contre, si on vous expulse de la fête à ce moment-là, nous ne sommes pas responsables 😉

Méthode 7 : la technique des répétitions espacée pour mémoriser plus vite

Lorsque nous apprenons quelque chose de nouveau, nous le mémorisons parfaitement durant un très court instant, puis rapidement, nous commençons à l’oublier, le montre la courbe d’Ebbinghaus.

La technique des répétitions espacées consiste à répéter le contenu que l’on souhaite apprendre lorsque nous l’avons déjà partiellement oublié. Cela permet de “relancer” notre mémoire et l’information restera plus facilement et durablement gravée dans notre cerveau. L’idéal est de réétudier juste avant d’oublier ce que vous avez appris, au moment ou l’information commence à disparaître de votre mémoire. Il faut donc répéter ce que l’on souhaite mémoriser en laissant passer chaque fois un peu plus de temps entre chaque répétition.

Pour gagner du temps et de l’énergie, ne repassez pas les contenus que vous connaissez déjà ou que vous n’avez pas encore oublié. Il convient de classer ce que vous souhaitez apprendre en plusieurs groupes, entre appris, à apprendre ou à revoir.

Méthode 8 : Entraîner sa mémoire avec Cognifit pour mémoriser plus vite

Il existe une importante différence entre les jeux de mémoire gratuits, qui n’évaluent pas et n’entraînent pas votre mémoire active, et les jeux cérébraux conçus par des scientifiques et qui, eux, sont efficaces.

Il est également important qu’un programme entraîne les différents types de mémoires et non uniquement l’une d’entre elle.

CogniFit est le programme leader en évaluation cognitive et en stimulation cérébrale. Ce programme est validé par la communauté scientifique et est utilisé par les écoles, les universités et les hôpitaux du monde entier. CogniFit permet de mesurer et d’entraîner de manière professionnelle et fiable la capacité de concentration, le niveau d’attention et beaucoup d’autres capacités cognitives fondamentales dans les processus de la mémoire.

Les exercices de mémoire CogniFit sont disponibles en ligne pour que vous puissiez découvrir immédiatement votre niveau cognitif actuel.

Entraînez votre cerveau et mémoriser plus vite grâce à CogniFit

Après que vous ayez réalisé les jeux de mémoire, CogniFit vous montrera un graphique contenant vos résultats et votre évolution. En plus d’entraîner et d’augmenter votre mémoire, vous travaillerez beaucoup d’autres capacités cognitives.

Si vous souhaitez apprendre à mémoriser plus vite, entraînez votre mémoire avec Cognifit.

Lancez-vous et acceptez le défi Cognifit !

Par ailleurs, si vous souhaitez approfondir le sujet, nous vous recommandons de lire l’article : Comment devenir plus intelligent : 10 techniques dont on ne vous a jamais parlé.

“Revivez vos souvenirs et laissez-vous émerveiller” Jack Kerouac.

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous permettra de mémoriser plus vite tout ce que vous désirez mémoriser ! N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

“Source : Cristina Martinez de Toda, psychologue de Cognifit spécialisée en neuropsychologie et en neuroscience appliquée à l’éducation.”

Syndrome du Burnout et épuisement professionnel, comment prévenir ses symptômes : travailleurs au bord de la crise de nerfs !

C’est devenu l’un des troubles sociaux modernes les plus courant : l’épuisement professionnel ou le syndrome du Burnout affecte beaucoup de secteurs professionnels différents, et son taux de croissance semble être sans limites. Dans cet article, notre psychologue Cristina Martínez de Toda vous invite à mieux connaître le syndrome du Burnout et à apprendre des stratégies pour prévenir ses symptômes. Comme disait Oscar Wilde “l’unique avantage de jouer avec le feu est que l’on apprend à ne pas se brûler”

Il est clair que ce trouble est plus difficile à éviter que d’autres, parce que malheureusement nous sommes tous vulnérables au Burnout et nous sommes tous des victimes potentiels de ce syndrome. Nous devons tous (ou l’immense majorité d’entre nous) travailler pour pouvoir survivre, et certains ont plus de chance que d’autres quant à leurs conditions professionnelles. Si changer de travail n’est pas une option possible, nous vous proposons une série de techniques pour faire face et prévenir le syndrome du Burout, afin de ne pas arriver à un épuisement professionnel.

Épuisement professionnel, travailleurs au bord de la crise de nerfs !

Qu’est-ce que le syndrome du Burnout ?

Le Burnout ou l’épuisement professionnel est un trouble émotionnel qui a de graves conséquences sur la santé physique et psychologique. Il s’agit d’un épuisement physique, mental et émotionnel, dans lequel l’intérêt des tâches et des responsabilités du quotidien diminue peu à peu, et la personne qui en souffre expérimente des changements de comportements importants. C’est d’ailleurs un facteur clé pour identifier ce trouble.

Paradoxalement, il affect généralement es personne qui ont fait de leur profession une vocation, comme c’est le cas dans les domaines de la médecine, les soins infirmiers, le travail social, la psychologie et l’enseignement. C’est à dire, les professions dans lesquels on travail en relation avec les autres.

Vous vous demandez pourquoi ? C’est parce que le principal risque de développer un syndrome de Burnout est lorsqu’il existe une dissonance entre nos expectatives et la réalité de notre travail.

“Qui n’espère rien, ne perd rien”

Les difficultés pour être promu dans notre société, pour que l’on apprécie notre travail ou que l’on prenne en compte notre opinion, les difficultés pour trouver un salaire qui s’adapte à nos expectatives ou à notre formation, etc…

Syndrome du burnout : l’épuisement professionnel

Le syndrome du Burnout est l’une des principales causes de congé maladie au travail, avec le mobbing et la dépression. Il affecte majoritairement les personnes de moins de 35 ans, lors de leur première expérience professionnelle. Tristement, la majorité finissent par abandonner leurs idéaux et s’aligne aux normes de leur profession, développant parfois un syndrome du Burnout chronique.

Au bord de la crise de nerfs : symptômes du Burnout

La difficulté pour se lever le matin ou à sensation d’être fatigué malgré le fait d’avoir dormi suffisamment sont les premiers signaux d’alarme.

Des sentiments comme la frustration, la sensation de manque d’efficacité, d’échec ou d’impuissance sont très communes lors de l’épuisement professionnel. Généralement le fait d’être exposé au syndrome du Burnout sur le long terme peut entraîner le développement de pathologies plus graves comme l’anxiété ou la dépression.

Au niveau physique des altération du sommeil, de la digestion (brûlures, acidités, etc…) peuvent se produire, tout comme des tachycardie, des difficultés à s’endormir voir même des insomnies. Lorsque les symptômes se prolongent dans le temps, cela peut produire des céphalées, un déficit de communication et une baisse du rendement.

Ces symptômes peuvent dériver en abus de médicaments, de drogues ou d’alcool dans une tentative peu efficace de la personne qui souffre de se libérer du poids qu’elle ressent.

Il est vital que si vous expérimenter ces symptômes vous vous rendiez le pus rapidement possible chez un professionnel. Comme pour la plupart des troubles, commencer à le traiter le plus tôt possible permet une meilleure récupération. Ne laissez pas les choses s’empirer et demandez de l’aide si c’est nécessaire !

“Comme pour la plupart des troubles, le manque d’information et la négation augmentent grandement l’épidémiologie élevée de ce syndrome”

Test de l’épuisement professionnel. Identifiez si vous souffrez du syndrome du Burnout.

L’échelle diagnostic développée par Maslach mesure les trois aspects principaux du syndrome du Burnout : l’épuisement, la dépersonnalisation et l’efficacité professionnelle. Vous devez répondre en notant chaque affirmation de 1 à 6 (1 : jamais ; 6 : toujours). Essayez d’être le plus sincère possible.

  1. Je me sens émotionnellement épuisé par mon travail.
  2. Je me sens fatigué à la fin d’une journée de travail.
  3. Je me sens fatigué quand je me lève le matin et que je dois aller au travail.
  4. Je comprends facilement comment se sentent les patients.
  5. Je crois que je traite certains patients comme s’il s’agissait d’objets impersonnels.
  6. Travailler toute la journée avec beaucoup de gens demande un grand effort.
  7. Je traite les problèmes des patients très efficacement.
  8. Je me sens “à bout” à mon travail.
  9. Je pense que j’influence positivement la vie de gens à mon travail.
  10. Je suis devenu plus insensible avec les gens depuis que j’exerce cette profession.
  11. Je suis préoccupé par le fait que ce travail m’endurcie émotionnellement.
  12. Je me sens très actif.
  13. Je me sens frustré à mon travail.
  14. Je pense que je travaille trop.
  15. Je ne me préoccupe pas vraiment de ce qui arrive à mes patients.
  16. Travailler directement avec les gens me stress.
  17. J’arrive à créer facilement une atmosphère relâchée avec mes patients.
  18. Je me sens stimulé après avoir travaillé avec mes patients.
  19. J’ai réalisé beaucoup de choses utiles à mon travail.
  20. Je me sens épuisé.
  21. À mon travail je traite les problèmes émotionnels avec beaucoup de calme.
  22. Je sens que les patients me culpabilisent pour certains de leurs problèmes.

Avez-vous répondu ? Voici comment calculer votre résultat. Additionner les points totaux afin de savoir quelle est votre ponctuation pour chaque échelle. Une ponctuation en dessous de 33 indique la présence d’un syndrome de Burnout.

  1. Échelle d’épuisement émotionnel : Évaluer votre vitalité émotionnelle.
  • –          Objets : 1,2,3,6,8,13,14,16,20
  • –          Ponctuation maximale : 54

 

  1. Échelle de dépersonnalisation : Montre votre niveau de cynisme. Jusqu’à quel point êtes-vous conscient du peu que vous importe votre travail, et votre distance avec celui-ci.
  • –        Objets : 5,10,11,15,22
  • –        Ponctuation maximale : 30

 

  1. Échelle de réalisation personnelle : Évaluez vos propres sentiments d’auto-efficacité perçue.
  • –          Objets : 4, 7, 9, 12, 17, 18, 19, 21
  • –          Ponctuation maximale : 48

Un résultat supérieur à 33 en additionnant les deux première échelle et inférieur à 33 pour la dernière échelle signifie un syndrome de Burnout

Comment faire face aux symptômes du burnout

Conseils pour prévenir et affronter le syndrome du Burnout

La prévention de ce trouble est fondamentale, et bien que l’aide d’un spécialiste soit nécessaire pour récupérer d’un Burnout, vous pouvez suivre ces quelques conseils qui vous aideront à prévenir son apparition :

Conseil 1 : Développez une attitude assertive

Apprenez des stratégies efficaces pour ne pas vous surcharger de travail, pour ne pas accepter les responsabilités qui ne vous concernent pas et le plus important de tout, apprenez à dire non sans vous sentir coupable grâce à ces techniques d’assertivité pour améliorer vos relations sociales.

Le fait de développer des stratégies assertives de communication vous aidera à exposer vos points de vue et vos opinions à vos collègues et à vos supérieurs d’une manière constructive et non destructive.

Jetez un coup d’œil, ça vaut la peine !

Conseil 2 : Modifiez vos expectatives professionnelles

Attention, cela ne veut pas dire que vous devez perdre toutes vos illusions et vos objectifs personnels. Il s’agit simplement de faire une réévaluation de ceux-ci et de vous demander s’ils sont adéquats et s’ils sont réalisables dans votre environnement professionnel.

Essayez de chercher un point intermédiaire qui s’ajuste à la réalité, mais sans renoncer à vos aspirations. Prenez l’adversité comme une expérience de plus pour grandir personnellement.

Conseil 3 : Faites des changements dans votre distribution de temps sommeil-travail-loisir

Il est indispensable pour la prévention du syndrome du Burnout que votre vie ne tourne pas autour de votre travail. Il est nécessaire que vous dédiiez minimum 10 minutes tous les jours à un hobby ou une activité qui vous déconnecte du travail et que vous “désintoxique” des émotions négatives qu’il vous produit. Maintenez des habitudes de sommeil régulières, et essayez d’adaptez votre rythme sommeil-travail-loisir à une certaines routine.

Dédiez du temps à vos relations personnelles, mais dans ces moments essayez de ne pas faire référence au fait que vous êtes épuisez par votre travail. Concentrez-vous simplement sur le fait de profiter de la compagnie.

Conseil 4 : Pratiquez des techniques de relaxation

Ces techniques vous aideront à combattre les symptômes du stress associé au trouble et à l’anxiété. Vous avez des milliers d’options, de la musique relaxante à la peinture en passant par la lecture et les balades en pleine air…

Nous vous recommandons de pratiquer la méditation MindFulness, pratique qui vous permettra d’éloigner les symptômes de la dépression. Découvrez ce qu’est la méditation Mindfulness !

Pratiquez des techniques de relaxation afin d’éviter l’épuisement professionnel

Conseil 5 : Jouez à la loterie

Ce dernier conseil est bien-sûr une blague ! Il existe actuellement un sérieux problème de ludopathie (addiction aux jeux d’argent), surtout chez les jeunes. Et la dernière chose que nous voulons est que vous entriez dans ce cercle. Travaillez et faites les efforts nécessaires mais ne soyez pas frustré. Et si quelque chose ne vous plait pas, essayez de l’améliorer. Il se peut que ces conseils pour vos aider à sortir de votre zone de confort vous soient utiles.

Et vous ? Vivez-vous pour travailler ou travaillez-vous pour vivre ?

 

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

“Source : Cristina Martinez de Toda, psychologue de Cognifit spécialisée en neuropsychologie et en neuroscience appliquée à l’éducation.”

Comment devenir plus intelligent : 10 techniques dont on ne vous a jamais parlé

Comment devenir plus intelligent ? Pouvons améliorer notre intelligence, ou celle-ci vient-elle configurée de série dans notre bagage génétique ? Vous êtes-vous déjà demandé comment pourriez-vous devenir plus intelligent ? Dans cet article, la neuropsychologue Cristina Martínez de Toda démonte certains mythes et vous enseigne certaines techniques scientifiquement approuvées qui vous aident à améliorer votre cerveau et vous aideront à devenir plus intelligent.

Comment devenir plus intelligent

Qu’est-ce que l’intelligence ? L’intelligence est traditionnellement considérée d’un point de vue unidimensionnel, c’est à dire d’un point de vue uniquement cognitif, avec lequel votre quotient intellectuel ainsi que “votre intelligence” deviennent un numéro calculé à partir d’une formule, qui déterminera votre avenir. Le fameux QI (IQ en anglais) vous marquait alors au fer blanc pour le reste de votre vie.

Heureusement, de nos jours et grâce à l’investigation scientifique, nous pouvons affirmer que les personnes intelligentes possèdent un panel d’habiletés, certaines innées et d’autres acquises. En général, et sans entrer dans différentes constructions théoriques, nous pouvons définir l’intelligence comme la capacité d’un être humain à s’adapter à son environnement et à résoudre des problèmes.

Nous sommes désormais loin de ce concept traditionnel d’intelligence avec un unique facteur. Actuellement on différencie jusqu’à huit types d’intelligences différentes, qui sont des variétés d’intelligences interconnectées, définies par le psychologue Howard Gardner. Ainsi, Gardner différencie :

–          Intelligence linguistique

–          Intelligence logico-mathématique

–          Intelligence spatiale

–          Intelligence musicale

–          Intelligence corporel-cénesthésique

–          Intelligence naturiste

–          Intelligence intrapersonnelle

–          Intelligence interpersonnelle

Comment devenir plus intelligent ? Grâce à ces différentes sortes d’intelligences, nous pouvons enfin enterrer le mythe que quelqu’un qui est fort en math est forcément plus intelligent que les autres. Et vice-versa. Une personne qui est vraiment très douée pour jouer d’un instrument peut avoir beaucoup de difficultés à s’exprimer avec un vocabulaire riche et varié.

Nous ne pouvons pas oublier l’Intelligence émotionnelle, qui joue également un rôle fondamental dans notre adaptation à notre environnement et pour solutionner les problèmes qui surviennent dans note vie. Pour approfondir ce concept important et apprendre un peu plus sur le sujet, nous vous invitons à lire cet article : 15 clés pour améliorer votre intelligence émotionnelle : un guide indispensable.

En fait, notre intelligence est donc une construction complexe formée d’une série d’habiletés et de talents qui nous permettent de nous adapter à notre environnement d’une manière efficace, garantissant ainsi notre survie.

“Nous sommes tous des génies. Mais si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper aux arbres, vous vivrez toutes votre vie en pensant que les poissons sont stupides”. Albert Einstein

De plus, l’investigation met en relief que l’intelligence n’est pas une construction statique et immuable, sinon que celle-ci peut varier, autant en bien qu’en mal. Grâce à la plasticité cérébrale, notre cerveau peut renforcer ou abandonner des connections entre nos neurones selon leur usage.

Grâce à la plasticité cérébrale ou la neuroplasticité nous pouvons augmenter notre intelligence, le cerveau peut changer de structure et de façon de fonctionner. La plasticité cérébrale nous permet de créer de nouvelles connections et d’augmenter nos circuits cérébraux, améliorant ainsi sas fonctionnalité.

Si nous avons pu apprendre quelque chose de la neuroscience et de l’étude de la plasticité du cerveau c’est que plus nous utilisons un circuit neuronal, plus celui-ci se renforce.

“Nous sommes ici pour croquer dans l’univers. Sinon, pourquoi sommes-nous là ?”. Steve Jobs

Voici une série de conseils qui vous permettront de profiter de la plasticité de votre cerveau et de tirer le plus grand potentiel de votre capacité intellectuelle !

Comment devenir plus intelligent : 10 conseils dont on ne vous a jamais parlé

1-  Pour devenir plus intelligent ayez un cerveau gourmand

Vous êtes-vous déjà demandé comment devenir plus intelligent ? Parfait, car c’est le premier pas. Le désire de savoir plus, d’acquérir plus de connaissances est crucial pour développer votre cerveau. Soyez curieux ! Si vous ne savez pas comment vole un avion, documentez-vous sur le sujet. Si les tours de magie vous fascinent, essayez d’en apprendre et de découvrir tous leurs trucs. Regardez des documentaires pour étancher voter soif de savoir.

Alimentez votre cerveau en informations et en connaissances qui vous intéressent, non pas pour devenir plus savant, sinon simplement parce que cela vous fait sentir bien avec vous-même.

Rappelez-vous que vote cerveau nécessite développer et utiliser ses connections neuronales afin d’être à son rendement maximum. N’importe quelle information nouvelle vous aidera à entraîner votre agilité mentale en mémorisation (comment mémoriser plus vite) et en récupération.

Ne vous couchez jamais sans avoir appris quelque chose de nouveau.

2-  Pour devenir plus intelligent, lisez plus, beaucoup plus!

Il est scientifiquement démontré que la lecture, en plus d’enrichir notre vocabulaire et en conséquent augmenter notre intelligence linguistique, nous aide à développer notre imagination en faisant “voler” notre cerveau submergé dans l’histoire, ressentant des émotions et de l’empathie pour les personnages, ce qui nous permet également de développer note intelligence intrapersonnelle et notre intelligence émotionnelle. Si vous souhaitez devenir plus intelligent, dévorez des bouquins ! Lire est l’une des activités de gymnastique cérébrale la plus recommandée.

3-  Améliorer vos techniques d’asservité pour devenir plus intelligent

Comment devenir plus intelligent ? Comme vous le savez déjà, l’intelligence émotionnelle est au moins aussi importante pour vos succès personnels que l’intelligence rationnelle. Travailler et améliorer votre intelligence émotionnelle vous permettra d’améliorer notablement vos capacités intellectuelles pour vous adapter à votre environnement et résoudre les problèmes qui apparaissent de la façon la plus efficace possible.

Ne manquez pas l’article sur les techniques assertives pour améliorer vos habiletés sociales, dans lequel vous apprendrez une série de trucs pour manier votre vie personnelle avec une haute intelligence émotionnelle.

4-  Pour améliorer votre intelligence, faites les choses de la manière difficile

Comment devenir plus intelligent ? Cela peut vous paraître bête, mais vous lavez les dents avec votre “mauvaise” main est une bonne manière d’entraîner votre cerveau. Quand nous faisons n’importe quelle routine d’une façon différente, nous obligeons notre cerveau à créer des routes neuronales différentes pour obtenir le même résultat. De cette manière nous évitons que celui-ci s’oxyde et encourageons la création et le renforcement de nouvelles connections neuronales.

5-  Ne déléguez pas autant votre intelligence aux intelligences subordonnées

Les intelligences subordonnées sont celles dans lesquelles nous sommes immergés de nos jours. En seulement un click, nous pouvons obtenir 83645776 définitions et manières de faire les choses et leurs résultats.

Comment devenir plus intelligent ? Essayez d’éviter de laisser votre activité intellectuelle aux mains de la technologie, comme les traducteurs, les gps, les calculatrices ou les moteurs de recherche internet. Cessez d’être intellectuellement feignant, même si cela paraît plus facile.

Combien de temps cela fait-il que vous n’avez pas résolue une opération mathématique de tête, comme par exemple diviser le prix d’un repas entre le nombre de personne qui ont mangé ?

6-  Entraînez votre cerveau avec CogniFit

Ce programme de stimulation cérébrale est validé par la communauté scientifique, et a été créé par une équipe complète de neurologues et de psychologues cognitifs, qui ont étudié les processus de plasticité synaptique et la neurogenèse. Seulement 15 minutes par jour, 2 à 3 fois par semaine, sont nécessaires pour stimuler vos capacités et processus cognitifs

CogniFit est un outil professionnel d’entraînement cérébral accessible en ligne et très facile à utiliser. Grâce à différents jeux cliniques et à une batterie d’évaluations cognitives, le programme évalue les faiblesses cognitives de la personne et lui propose automatiquement un programme d’entraînement cognitif adapté à ses nécessités uniques.

Il suffit de vous enregistrer ! Tous les jeux sont basés sur des études cliniques ainsi que sur des outils professionnels de stimulation et de réhabilitation neuropsychologique. Ils ont été créés par des professionnels afin de vous aider à mettre à l’épreuve vos capacités mentales et à défier votre cerveau. Les différents exercices interactifs se présentent sous forme de jeux divertissants auxquels vous pouvez jouer depuis votre ordinateur. Après chaque session, CogniFit vous présentera un graphique détaillé avec votre progression. Commencez dès maintenant !

7-  Pour devenir plus intelligent, parlez avec-vous-même

Bien que traditionnellement les personnes qui murmure (ou crie) seules sont considérées folles, la science a démontré que l’auto-dialogue est très bénéfique pour votre activité cérébrale. Quand nous nous donnons des instructions à nous-mêmes, nous simplifions et résumons la tâche à accomplir, optimisant ainsi nos ressources et nos habiletés pour résoudre le problème de manière efficace.

Comment devenir plus intelligent ? N’hésitez pas à vous parler à vous-même, c’est votre cerveau qui vous dira merci.

8-  Comment devenir plus intelligent ? Utilisez Twitter

Vous avez bien lu. Des études récentes ont démontré que Twitter aide et améliore notre capacité de synthèse. Sur Twitter, nous sommes obligés de résumer et de synthétiser notre opinion sur quelque chose de manière concise et cohérente en seulement 140 caractères.

Si vous ne souhaitez pas utiliser Twitter, vous pouvez simplement prendre un papier et un stylo et écrire vos pensées avec cette même limitation d’espace. Si vous le fait souvent, vous vous rendrez compte que peu à peu vous arriver à dire en quelque mots ce qui vous passe par la tête.

9-  Pour devenir plus intelligent, apprenez d’autres langues

Oui, c’est un conseil qui revient souvent, mais nous le répétons parce qu’il peut vraiment vous aider. Être bilingue a beaucoup d’avantages. L’idéal est d‘apprendre une deuxième langue ds l’enfance.

Quand vous apprenez une nouvelle langue, cela augmente la densité de matière grise de votre cerveau, et vous permet de traiter des tâches mentales mieux que les personnes qui ne parle qu’une seule langue. Penser dans une autre langue nous offre un autre point de vue et nous permet de concevoir d’autres solutions pour un même problème, car le langage structure notre pensée.

De la même façon, regarder la télévision et lire dans une autre langue améliore la plasticité cérébrale et vous aide à devenir plus intelligent. Pourquoi n’essayez-vous pas de regarder les films ou les séries en version original ?

10-  Comment devenir plus intelligent ? Entourez-vous de personnes intelligentes

On dit que tous se paie, sauf la beauté. Si vous êtes entouré de personnes intelligentes, cela vous aidera à devenir plus intelligent vous-même. En effet, pour suivre la conversation ou donner votre opinion sur le sujet duquel vous êtes en train de parler vous devrez fournir un effort mental. De plus, être entouré de personnes intelligentes fait que vous pouvez apprendre chaque jour quelque chose de nouveau et d’intéressant. Si au contraire, vous êtes entouré de personnes inintéressantes et simples d’esprit, votre cerveau risque de s’oxyder, et vous vous convertirez en zombie. Comment devenir plus intelligent ? Fuyez les personnes banales et inintéressantes, essayez de moins regarder la télévision et de lire et voyager plus, votre cerveau vous remerciera grandement.

Comment devenir plus intelligent ? Rappelez-vous que pour être intelligent, cela demande un effort mental conséquent. Améliorez vos capacités cognitives pour devenir plus intelligent n’est pas une tâche facile, mais par contre elle est très satisfaisante. Mettez-vous au travail en appliquant ces quelques conseils, et devenez plus intelligent !

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile pour devenir plus intelligent ! N’hésitez pas à partager vos expériences personnelles et à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

“Source : Cristina Martinez de Toda, psychologue de Cognifit spécialisée en neuropsychologie et en neuroscience appliquée à l’éducation.”