Quelles sont les conséquences du stress chronique sur notre cerveau ?

 

Il est courant que d’entendre les gens dire combien ils sont stressés. Qu’avec le travail, les enfants à amener à l’école, s’occuper de la grand-mère, courir à droite à gauche, esquiver les touristes dans la rue, nous sentions que nous n’avons le temps de rien… Tout le monde parle de “stress”, mais savons-nous réellement ce à quoi nous faisons référence ? Connaissons-nous les conséquences du stress chronique sur notre santé physique et mentale ? Dans cet article nous allons essayer de répondre aux questions et aux doutes que vous avez sur le stress chronique et sur ses effets sur notre cerveau.

Stress chronique

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est un processus physiologique qui est mis en marche quand une personne perçoit une situation dont elle pense être au-delà ses capacités.

Le stress n’a pas forcément que des conséquences négatives. En fait, c’est un processus adaptatif qui nous permet de nous préparer face à une situation qui résulte être stressante, que ce soit par la lutte ou la fuite. Quand nous nous trouvons face à une situation stressante, notre corps se prépare et commence à sécréter une grande quantité de glucocorticoïdes (cortisol et adrénaline) qui procure l’énergie nécessaire aux muscles pour mener leur tâche à bien (la lutte ou la fuite). Le cortisol fait que notre cœur bat plus fort, ce qui nous permet d’avoir plus de sucres dans le sang et que l’oxygène soit mieux distribué aux muscles, ce qui nous rend plus alerte. Le stress aigu peut être stimulant voir même plaisant, et se termine une fois la situation stressante passée, grâce aux mécanismes de l’homéostasie, l’organisme revient à son état naturel.

Le problème apparaît quand nous ressentons ce stress de manière continue, ou quand nous vivons des situations traumatisantes. Dans ces cas, l’organisme ne se récupère pas de façon naturelle car les mécanismes d’homéostasie ne fonctionnent pas correctement. C’est alors que les circuits cérébraux peuvent être altérés et certaines maladies physiques et /ou mentales peuvent même se développer.

Qu’est-ce que le stress chronique ?

Le stress chronique apparaît quand la réponse physiologique aux stimuli stressants se prolonge pendant une plus longue période. Parfois, les difficultés personnelles, le niveau d’exigence quotidien demandé, les soucis professionnels… font que les glandes surrénales sécrètent des hormones glucostéroïdiennes de façon continue et en grande quantité, ce qui provoque un fort impact dans notre organisme qui le consume, ce qui peut produire des maladies sur le moyen terme et sur le long terme.

Parfois, il n’est pas si simple de savoir si quelqu’un souffre de stress chronique ou pas, car il n’existe aucun test médical qui permet de le détecter. Les niveaux d’hormones glucostéroïdiennes dans le sang sont généralement normaux dans les analyses, malgré qu’ils soient trop élevé pour le bon fonctionnement de notre organisme. Ainsi que nous devons nous laisser guider par les symptômes ou les signes alarmants qui nous indiquent que nous pouvons souffrir de stress chronique :

  • altération du sommeil : insomnie, cauchemars, hypersomnie…
  • pression artérielle élevée
  • sucre ou cholestérol au-dessus des normes
  • pertes de mémoire
  • colon irritable ou douleur abdominales
  • migraines
  • courbatures
  • défenses basses
  • dépression…

Bien que parfois nous utilisions le mot stress et anxiété comme symptôme, le stress est un processus plus ample d’adaptation au milieu, alors que l’anxiété est une réaction émotionnelle d’alerte face à une menace. Une anxiété très élevée peut provoquer du stress (car cela initie le processus physiologique de lutte/fuite), mais plus communément le stress est une des principales sources d’anxiété.

Stress chronique

Qu’est-ce que le cortisol et comment affecte-t-il notre cerveau ?

Le cortisol est un hormone glucocorticoïde sécrétée par les glandes surrénales. En petite dose elle nous aide à :

  • réguler le niveau de sucre dans le sang (équilibre l’effet de l’insuline)
  • réguler la pression artérielle
  • contrôler le système immunitaire
  • contrôler et répondre au stress

Par contre, en surdose il provoque :

  • irritabilité
  • colère
  • manque de sens de l’humour
  • envie constante de pleurer

Dans les situations de stress, le cortisol libère une grande quantité de glucose dans le sang qui permet à nos muscles de disposer d’une grande quantité d’énergie afin de faire face à la situation stressante (par la lutte ou la fuite). Par contre, il a aussi un effet rétro-alimentaire négatif sur la glande pituitaire et l’hypothalamus. Si la situation stressante est ponctuelle, ce n’est pas grave, les processus physiologiques reviennent à la normale grâce aux mécanismes internes d’homéostasie. Mais quand le stress se prolonge, le corps se trouve dans un état continue d’activation qui se transforme en anxiété et qui peut entraîner des pathologies variées : ulcères, vieillissement prématuré, colites, affections du système immunitaire ou même embolies.

Conséquence du stress chronique sur le cerveau ?

Se sentir stressé de façon prolongée affecte notre cerveau de diverses manières :

  • Altération des circuits cérébraux du système de récompense, ce qui peut conduire à une dépression. Les systèmes de récompense sont ceux qui nous permettent de sentir le “plaisir” quand nous lui donnons une récompense, comme aller au cinéma, profiter d’un coucher de soleil, manger une glace… Souffrir de niveaux de stress trop élevés dus aux situations traumatiques peut faire que vos circuits cessent de fonctionner comme ils devraient le faire, en vous empêchant de ressentir du plaisir dans les situations qui devrait vous en provoquer.
  • Altération de l’axe Hypothalamus-Hypophyse-Adrénale (HHA) ce qui résulte en une perte de contrôle de la réponse au stress et endommage les cellules cérébrales. Le stress libère des glucocorticoïdes (comme le cortisol) qui en quantité élevées fragilise les neurones et fini par les tuer.
  • Pertes de mémoire. Plusieurs études ont démontré que le stress vécu de manière répétitive provoque une grave détérioration de la mémoire. Les coupables sont les niveaux élevés de glucocorticoïdes dans le cerveau qui atrophient l’hippocampe, une structure clé pour l’apprentissage et la mémoire. De plus, l’hippocampe a une fonction régulatrice du système HHA, produisant un feedback inhibitoire qui diminue la sécrétion de glucocorticoïdes. C’est à dire qu’il se créer un cercle vicieux car l’hippocampe s’atrophie, n’inhibe pas la production de glucocorticoïdes, ce qui augmente la quantité qui est produite endommageant plus l’hippocampe.
  • L’exposition continue au cortisol affecte la transmission synaptique, en ralentissant la transmission des informations.

Stress chronique

Conseils pour gérer le stress

Afin de réussir à réguler votre niveau de stress, il est essentiel que vous puissiez réduire vos niveaux de cortisol dans votre cerveau. Pour y arriver, il est probable que vous deviez changer votre style de vie ainsi que votre manière de voir les choses. Les situations stressantes ne sont pas égales pour tout le monde : quand une montagne de travail peut être stimulante pour quelqu’un, elle peut également être stressante pour quelqu’un d’autre. C’est pour cela qu’il faut apprendre à prendre la vie d’une manière plus relaxe.

  • Relativisez les problèmes : Sont-ils réellement si importants ou déterminants pour votre vie ?
  • Faites du sport : l’exercice physique nous aide à contrôler le stress. Un des problèmes principaux du stress est que note corps est préparé à l’action (lutte/fuite) mais la majorité des situations stressantes que nous vivons de nos jours ne nécessitent pas ce type de réponse, car celles-ci sont plus mentales. Ainsi, tout le cortisol sécrété et toute cette énergie préparée n’est pas utilisé et reste dans notre corps, ce qui créer un déséquilibre. Faire du sport vous aidera à canaliser et à brûler cette énergie que votre corps a besoin de dépenser.
  • Sortez vous promener dans la nature : il a été démontré que la nature baisse nos niveaux de stress ainsi que les niveaux de cortisol dans le sang. Si vous ne pouvez pas sortir à la montagne, promenez-vous simplement dans un parc en ville et déconnectez durant 20 à 30 minutes.
  • Alimentation sainemanger sainement est essentiel afin de nous sentir bien et pour renforcer notre cerveau. Évitez le café et ajoutez à votre régime les aliments riches en vitamines B et en minéraux comme le magnésium, le chrome ou le zinc, qui peuvent aider à réguler les niveaux de cortisol dans le sang.
  • Mindfulness et méditation : apprenez à vous relaxer et à pratiquer la méditation ou le Mindfulness de façon régulière, cela vous aidera à réduire les niveaux de cortisol.
  • Reposez-vous suffisamment : dormir et vous relaxer aussi aide à baisser les niveaux de cortisol dans le sang. Assurez-vous de bien vous reposer et de ne pas réduire vos heures de sommeil.

 

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus, qu’il vous aura permit de découvrir les conséquences du stress chronique sur le cerveau et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

 

“Source : Cristina Nafría, psychologue de Cognifit spécialisée en neuropsychologie et en réhabilitation cognitive.”

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

This post is also available in: Espagnol