Ressentez-vous la passion du voyage ? Découvrez si vous êtes porteur du gène de l’aventure ou “wanderlust”

 

Le gène de l’aventure existe-t-il vraiment ? Pourquoi semble-t-il que certaines personnes soient nées pour voyager ? Si votre passeport est plein de tampons et que vous avez d’indénombrables histoires à raconter, vous faites probablement parti des 20% de la population qui partage la passion du voyage. La mutation d’un gène appelé DRD4-7R+, qui intervient dans le contrôle de la dopamine, s’associe à la recherche de nouveautés, à l’impulsivité et à la curiosité. Ressentez-vous la passion du voyage ? Recherchez-vous toujours de nouveaux défis hors de votre zone de confort ? Êtes-vous impulsif et nécessitez-vous être constamment en mouvement ?

Vous pourriez être porteur du gène de l’aventure ou “wanderlust” !

L’arrivée d’internet a grandement facilité l’accès à tout genre de voyage : vols lowcosts, covoiturage et échange de logements, nous permettent désormais de faire le tour du monde pour un prix réduit. Vous nécessiterez uniquement d’avoir le temps et l’envie de partir à l’aventure ! Un étude réalisée sur les jeunes de différentes cultures démontre que les personnes les plus disposées à essayer de nouveaux aliments et à explorer au-delà des limites balisées, se différencient (par leurs habitudes de transport, les destinations touristiques qu’ils choisissent et également les activités qu’ils pratiquent) de ceux qui auraient, dirons-nous, un comportement touristique plus conventionnel. Voyager peut devenir addictif. Ainsi que quand vous commencez à voyager vous ne savez pas si vous pourrez vous arrêtez !

passion du voyage

Le gène de l’aventure ou gène “Wanderlust”

Êtes-vous nés pour voyager ? Découvrez ce qu’est la passion du voyage, le gène de l’aventure ou gène “Wanderlust”

Que signifie avoir la passion du voyage, le gène de l’aventure ou gène “Wanderlust” ? “Wanderlust” est un mot Allemand qui peut se traduire comme passion du voyage. Un explorateur sort de chez lui sans prévoir de plan et avec pour seuls bagages les vêtements qu’il porte et un sac à dos. Il collectionne des moments, et non des objets. Il cherche l’aventure et profite de l’instant présent, parfois il est attiré par le risque. Il aime l’authenticité des lieux qu’il visite et n’emporte pas ses habitudes ou ses coutumes avec lui. C’est un caméléon qui s’adapte à toutes les situations ! Il préfère dormir dans une tente de camping ou à la belle étoile sur la plage. Il se convertit en indigène là où il le souhaite, et bien souvent les habitudes des lieux qu’il visite lui colle à la peau! Il apprécie rencontrer de nouvelles personnes, les plus différentes possibles. Il est divertissant, extraverti et a beaucoup d’énergie. Il aimerait changer le monde et se moque de ses “problèmes” qu’il sait être des futilités. Il est curieux de la nature et cherche toujours à savoir le pourquoi derrière les choses. Tous les endroits qu’il a parcouru restent à jamais gravé dans son cœur. Un explorateur ne suit pas les chemins, il les ouvre. Il en veut toujours plus et est conscient que son destin lui appartient et c’est pour cela qu’il le façonne de la manière qui lui plaît ! Certains le trouveront extravagant car il n’est pas comme les autres, et d’ailleurs il le revendique. Il possède un grand charisme dû à la liberté avec laquelle il profite de la vie. Et pour cela il est admiré de beaucoup.

Qu’est-ce qui pousse certaines personnes à partir à l’aventure et à voyager dans des lieux exotiques ?

La passion du voyage et de l’aventure peut mener les plus téméraires à escalader l’Everest, monter dans un vieux coucou à hélices, surfer dans des eaux glacées ou nager avec les requins… Comment expliquer que certaines personnes n’hésitent pas à risquer leur vie par simple curiosité ? Pourquoi certains vont le faire et d’autres non ? De quoi cela dépend-il? Nous les humains aimons étendre notre territoire. Nous voulons savoir et voir de nos propres yeux qu’est-ce qu’il y a au-delà de notre horizon. Si certains se contenteront de le lire dans un livre ou de le voir dans un documentaire, les autres auront besoin de vivre ces aventures dans leur chair et d’écrire leurs propres livres de voyage. “Aucun autre mammifère est autant agité que nous” dit Svante Pääbo, directeur de l’institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leizpig. Nous sommes une espèce capable de franchir des frontières et d’atteindre des lieux inconnus bien que nous n’ayons pas assez de ressources pour notre propre survie, simplement pour y trouver quelque chose de nouveau. Et maintenant, nous voulons aller sur Mars! Simple curiosité ?

La dopamine pourrait être la cause de nos “folies” lors de nos voyages

On pense que la cause d’autant de mouvements est la dopamine, une substance chimique que l’on trouve dans le cerveau chargée de réguler le plaisir. Nous sécrétons de la dopamine quand nous sommes en train de vivre des situations agréables, ce qui stimulera également la recherche de ces situations, car elles nous font sentir bien. La nourriture, le café, le tabac, le chocolat ou encore l’alcool sont des stimulants de la production de dopamine ! Le gène DRD4-7R+ (connu comme le gène de l’aventure ou gène “wanderlust”) est une mutation qui se charge de réguler la sécrétion de dopamine. Les chercheurs ont associés cette mutation génétique, présente chez 20% de la population, à la curiosité et aux préoccupations. Le gène DRD4-7R+ rend son porteur plus enclin à assumer des risques, à explorer des endroits inconnus, des idées nouvelles, des nourritures jamais goûtées, à changer plus souvent de relations et en général à apprécier le mouvement, le changement et l’aventure. Une personne porteuse de cet allèle (7R+) aura un niveau de dopamine assez élevé, ainsi que pour ressentir du plaisir cette personne devra sécréter une dose plus élevée de dopamine qu’une personne qui n’en serait pas porteuse. C’est de là que vient la nécessité de chercher des nouvelles sensations et de courir des risques “incongrus”. Une étude, comme le Moyzis, qui met en relation cette variante génétique avec la longévité, démontrant que ceux qui nécessitent plus d’activité pour obtenir leur dose de dopamine sont par conséquent inévitablement plus actifs, augmentant leur longévité. Cela pourrait également être associé à la recherche de la nouveauté et de la différence.

Passion du voyage, quelles sont les origines du gène de l’aventure ?

Une étude datée de 1999, menée par Chaunsheng Chen de l’Université de Californie, démontre que la mutation DRD4-7R+, la mutation du gène de l’aventure, est plus commune dans les populations nomades que dans les populations sédentaires. Dans une autre étude de 2011, Matthews et Buttler confirmeront ces résultats en découvrant que l’allèle 7R+ est plus fréquent chez les populations qui descendent d’ancêtres qui auraient parcourus des grandes distances de migrations depuis leur sortie de l’Afrique. Ces deux études coïncident sur le fait que le style de vie nomade est associé à la présence de la variante 7R+ du gène DRD4. L’exploration se potentialise elle-même puisque les migrants auraient plus d’enfants que les personnes sédentaires. Et ce depuis que l’homme a commencé à migrer, c’est à dire depuis l’origine de l’homo-sapiens. Depuis donc deux millions d’années ! C’est cette migration qui favorisa la réussite du développement et de la reproduction de la race humaine, car elle permit la découverte de lieux plus riches en ressources et en opportunités. Ainsi, il n’est pas étonnant que le gène de l’aventure, qui pourrait être à l’origine de la passion du voyage de certains, se soit fait une place dans notre ADN !

passion du voyage

Population nomade de Bédouins

Est-ce que le gène DRD4-7R+ est le gène de l’aventure et de la passion du voyage ?

Kenneth Kidd, génétiste de l’Université de Yale, pense que donner le rôle de gène de l’aventure au gène DRD4-7R+ est une exagération. “Nous ne pouvons pas réduire l’exploration humaine à un unique gène. La génétique ne fonctionne pas de cette manière.” ainsi qu’“aucun gène ou groupe de gène peut nous convertir en explorateur !” Les gènes ne sont pas déterministes et font partis d’une équation beaucoup plus complexe que cela. Selon Epstein, “les gènes déterminent seulement 50% de ce que nous sommes”. De plus, la dopamine n’est pas la seule substance qui influence notre comportement, il y a aussi la sérotonine par exemple. “L’aventure ou le désir d’aventure est une construction psychologique d’un niveau élevée”. Jim Noonan nous dit que “notre capacité d’exploration dépend de nos membres et de notre cerveau”. Nos membres nous permettent de nous déplacer sur de grandes distances et notre cerveau nous permet d’imaginer des univers lointains. Nous avons également besoin de moyens pour pouvoir explorer. Alison Gopnik, psychologue du développement infantile de l’Université de Californie, nous dit que, durant notre enfance nous développons beaucoup nos capacités à explorer et à découvrir, et que nous découvrons leurs avantages en toute sécurité, sous la protection de nos parents. En grandissant, nous arrêtons de jouer et également de chercher de nouvelles alternatives. Nous préférons rester en terrain connu. Ceux qui parviennent à garder leur aptitude à jouer et qui les appliquent à chaque instant de leur vie, ceux-ci sont les vrais explorateurs !

Le gène de l’aventure, “wanderlust”, ou la passion du voyage dans sa forme la plus obsessive

On appelle cela dromomanie ou fugue du voyageuret ceux qui en souffrent ne peuvent s’empêcher de marcher vers l’inconnu et de parcourir de longues distances, sans être vraiment conscient de ce qu’ils sont en train de faire. Une personne qui souffre de dromomanie peut rompre ses habitudes de vie du jour au lendemain sans prévenir et peut adopter plusieurs personnalités tout au long de ses voyages. En 1886, le français Albert Dadas fut reconnu comme le premier cas de dromomanie. Il ne fut pas à son travail un matin et ne donna plus aucun signe de vie. Avait-il été enlevé par des extra-terrestres ? Non, il réapparut un an plus tard à bout de force. Il raconta alors que ce matin, une année auparavant, il avait décidé de continuer à marcher. Il marcha, marcha et marcha encore jusqu’à parcourir l’Algérie, L’Égypte, et le nord de l’Europe, arrivant jusqu’à Moscou. Il reconnut également qu’il ressentait la nécessité de revivre une telle expérience.

“Ce jour, sans aucune raison en particulier, j’ai décidé d’aller courir. J’ai couru jusqu’au bout du chemin, et quand j’y suis arrivé, je me suis dit que je pourrais peut-être courir jusqu’au bout du village. Et quand je suis arrivé au bout du village, j’ai pensé que je pourrais peut-être courir jusqu’au comté de Greenbow. Je me suis dit que si j’étais arrivé aussi loin, peut-être que je pourrais courir tout l’état d’Alabama. Et c’est ce que j’ai fait. J’ai traversé l’état d’Alabama en courant. Sans aucune raison en particulier je continuais à courir. J’ai couru jusqu’à l’océan. Et quand j’y suis arrivé, je me suis dit que j’étais arrivé très loin, et que peut-être je devrais faire demi-tour et continuer à courir. Et quand je suis arrivé à l’autre océan, je me suis dit que je devrai faire demi-tour à nouveau et continuer à courir. Quand j’étais fatigué, je dormais. Quand j’avais faim, je mangeais. Et quand j’avais besoin de… vous savez, j’y allais.” Forrest Gump

Quels sont les bénéfices psychologiques du voyage ?

  • Voyager vous ouvre l’esprit et agrandi votre univers
  • Cela vous rend tolérant
  • Voyager vous rend humanitaire et altruiste
  • Voyager vous aide à résoudre vos problèmes
  • Cela vous rend plus respectueux
  • Voyager augmente votre créativité
  • Voyager augmente votre estime de vous-même
  • Cela vous aide à vous réinventer
  • Voyager fait disparaître vos peurs absurdes
  • Cela vous rend plus heureux. Comment être plus heureux et plus optimiste ?
  • Cela fera que vous rirez de la vie, et rire est très bénéfique pour votre santé
  • Voyager rend plus naturel
  • Cela vous fait sentir plus vivant !
  • Voyager potentialise votre développement personnel
  • Voyager aiguise vos instincts
  • Grâce aux voyages vous pourrez raconter des centaines d’histoires
  • Vous comprendrez le monde dans lequel vous vivez
  • Et vous donnerez de l’importance aux choses qui le méritent vraiment

D’un autre côté, être constamment en mouvement a ses inconvénients. Cela peut être désorientant et vous mener à une vie plus solitaire. Quand un voyageur reste longtemps loin de chez lui, cela peut le pousser à s’isoler, ou alors le confondre sur son identité. Cela peut affecter les relations d’amitiés, affaiblir les liens familiaux, engendrer du stress, de mauvaises habitudes alimentaires… Et n’oublions pas le choc culturel de l’aller et du retour, car si vous voyagez à des lieux exotiques vous aurez besoin d’un temps d’adaptation, aussi bien à l’étranger qu’à votre retour à la maison. Il existe aussi beaucoup de fous de voyages qui partent uniquement pour fuir leurs problèmes et échapper à leur réalité…

passion du voyage

Ressentez-vous la passion du voyage ?

Certains ne ressentent pas cette nécessité intérieure de connaître des lieux lointains et inconnus, de sortir de leur zone de confort. En échange, d’autres ne peuvent rester dans un même lieu trop longtemps… Désormais nous savons qu’il y a une relation entre la passion pour le voyage et la curiosité, l’impulsivité. Ainsi que, si vous avez déjà pensez tout laisser derrière vous pour partir découvrir le monde avec juste un sac-à-dos, réfléchissez bien avant de vous lancez !

Mais surtout n’oubliez pas qu’il est beaucoup plus divertissant de voyager sans tout planifier à l’avance !

“Source : Ana Guerrero Braña, psychologue spécialisée dans les interventions cliniques. Passionnée par les langues, les voyages, l’anthropologie et la philosophie. Avec une grande motivation pour aider les autres grâce à internet.”

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

This post is also available in: Anglais Espagnol