Peur du noir ? Comment faire face à cette forme d’insomnie infantile

 

Votre enfant souffre d’insomnie ? Il n’arrive pas à dormir avec la lumière éteinte ? Il se lève toute les nuits par peur de l’obscurité ? Il ne faut pas vous alarmer, cette peur est assez fréquente chez les enfants entre 3 et 8 ans. Bien que cette phobie ne soit habituellement pas dramatique, cela ne signifie pas que vous ne devez pas aider votre enfant à la surpasser. Dans cet article, vous trouverez quelques recommandations pour aider votre enfant à surpasser les insomnies infantiles provoquées par la peur du noir.

Peur du noir

Comment venir à bout des insomnies provoquées par la peur du noir

La peur du noir peut être due à de multiples raisons, un conte, un film, une image, etc… Les enfants sont en général très imaginatifs, ainsi que n’importe quel petit détail pourra être déclencheur de la peur du noir. Quand ils se retrouvent seuls, les enfants se sentent plus vulnérables et sans défense et c’est alors qu’ils ont tendance à laisser courir leur imagination. Un simple bruit peut alors leur faire penser à une menace.

 

Selon Francisco Xavier Méndez,  professeur de psychologie à l’Université de Murcie, les peurs ne sont pas toujours quelque chose de mauvais, “la peur est comme le garde du corps de l’enfant, qui étudie par peur d’une mauvaise note, qui prépare son exposé pour l’école par peur d’être ridicule devant les autres, qui se penche avec précaution au-dessus d’un précipice par peur d’y tomber ou qui cherche la protection de ses parents quand il est encore petit. Avoir peur face au danger est salutaire, car cela nous évite de courir des risques inutiles. Le problème c’est que la peur ne se contrôle pas, c’est à dire qu’elle peut être si forte que l’on refusera d’aller chez le médecin, de faire une injection ou de réaliser un examen.” Si la peur du noir empêche votre enfant d’avoir une vie saine et normale, c’est qu’il lui est nécessaire de la surpasser.

Il existe des méthodes pour apprendre aux enfants à dormir seuls. Parfois l’insomnie infantile peut être surpassée en instaurant une routine du sommeil, mais si ces insomnies sont dues à la peur du noir, il faut y faire face d’une façon différente. Heureusement, la peur du noir peut être assez facilement surpassée en travaillant un peu pour convertir la chambre de votre enfant en un lieu sûr et qui le fera se sentir en sécurité. Découvrez comment venir à bout des insomnies infantiles provoquées par la peur du noir de votre enfant.

Combattre la peur du noir avant d’aller au lit

Méndez pense que “pour vaincre la peur, il faut lui faire face”. Au lieu de surprotéger votre enfant, il faut l’encourager à faire face à sa peur du noir petit à petit et sans lui mettre de pression. La peur se ressent de manière involontaire. Ainsi, il ne faut pas la tourner au ridicule, ni la nier, ni punir l’enfant qui refusera de faire quelque chose qui lui fait peur. Au contraire, il faut faire preuve de patience et le félicité à chaque petite victoire et pour chaque acte de courage face à sa peur du noir. “En suivant cette démarche vous pourrez obtenir de votre enfant qu’il se confronte graduellement à ses peurs”.

Peur du noir

Vaincre la peur du noir pour combattre l’insomnie infantile

Il est important que votre enfant soit détendu avant d’aller au lit, pour cela, éteignez tous les appareils électriques une demi-heure avant qu’il n’aille au lit. Il est également conseillé d’éviter le sucre avant d’aller dormir. Vous pouvez pratiquer une activité relaxante avec lui comme lui lire un conte ou écouter de la musique calme. Créer une routine qui fasse que votre enfant se sente en sécurité avant d’aller au lit peut lui faire gagner une grande confiance pour éteindre la lumière en toute tranquillité. Pour cela, assurez-vous que votre enfant ne fasse aucunes activités stressantes ou stimulantes avant d’aller dormir, comme jouer avec son smartphone ou faire ses devoirs à la dernière minute. Vous pouvez laisser votre enfant éteindre les lumières de façon progressive pour qu’il s’adapte plus facilement que si vous l’éteigniez d’un coup. Dans le cas des plus petits, il existe des petites lumières de nuit qui les aide à se sentir en sécurité, mais il est important de leur apprendre petit à petit à dormir sans aucune lumière.

Démontrez à votre enfant qu’il n’a rien à craindre. Beaucoup de parents commettent l’erreur de regarder sous le lit et dans l’armoire avant d’éteindre la lumière afin de vérifier qu’il n’y ai pas de danger. Cela peut être utile sur le court terme, mais à terme cela servira uniquement à renforcer les peurs de votre enfant. Ce qui est recommandé est de faire comprendre à votre enfant que sa peur des monstres est irrationnelle. Faites-lui comprendre que les monstres n’existent pas au lieu de vérifier qu’il n’y en ai pas dans l’armoire, ce qui renforcera l’enfant dans son idée qu’il existe bel et bien des monstres, puisque vous les cherchez vous-mêmes.

Transformez la chambre de votre enfant en un endroit accueillant et rassurant. Assurez-vous que la chambre soit propre et rangée, afin que votre enfant ai moins peur que quelque chose se cache derrière une pile d’affaires. Avec des couleurs chaudes, l’enfant sentira une ambiance plus positive et sécuritaire. Collez des posters et des photos qui transmettent à l’enfant des sensations positives, afin de renforcer cette sensation.

Changez la perspective de votre enfant pour combattre sa peur du noir

Pour éviter l’insomnie infantile due à la peur du noir le plus important est de changer l’idée que se fait votre enfant de l’obscurité. Une des raisons pour laquelle votre enfant peut se sentir ainsi est parce qu’il perçoit quelque chose de mauvais et de mystérieux, chargé de négativité. Pour éviter cela, essayez de faire que votre enfant associe des idées positives avec l’obscurité, en la voyant comme quelque chose de relaxant et agréable. Comme une couverture qui l’enveloppe et l’aide à dormir. Si vous parvenez à ce que votre enfant voit l’obscurité de cette manière, il n’aura plus du tout peur du noir.

Peur du noir

Changez l’idée que vos enfants se font de l’obscurité

Faites écrire à votre enfant toutes les choses qu’il met en relation avec l’obscurité, et faites-lui rayer toutes ces choses et faites-lui réécrire d’autres choses, toutes positives cette fois-ci. Cela peut paraître un peu bête au début, mais parfois cela peut aider votre enfant à extérioriser ses peurs et les changer pour des concepts plus positifs. Persuadez votre enfant que son lit est un lieu sûr. Beaucoup d’enfants voient leur lit comme un lieu dans lequel ils sont vulnérables face aux menaces qui se cachent dans l’obscurité, et c’est pour cela qu’il est essentiel de changer ce point de vue et de leur faire voire leur lit comme un endroit où ils peuvent se reposer en toute sécurité. Passer du temps dans son lit en faisant des choses qui plaisent à votre enfant aidera à ce qu’il se sente à l’aise dans son lit. Enfin, assurez-vous que votre enfant ne voit pas ses peurs comme quelque chose dont il faudrait qu’il ait honte. Quand l’insomnie infantile est due à la peur du noir il est important que l’enfant soit honnête envers lui-même et qu’il ne se cache pas de ses propres peurs. Faites-lui savoir qu’avoir peur du noir est quelque chose de tout à fait naturelle et que même certain adultes peuvent en souffrir. Si votre enfant se sent à l’aise au moment d’exprimer ses peurs, il lui sera beaucoup plus facile de les surpasser. Parler à votre enfant de ses préoccupations et peurs est une partie très importante de son éducation. Essayez de rester ouvert et compréhensif avec lui et il sera certainement beaucoup plus en confiance pour affronter ses peurs.

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions sur le sujet plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

 

“Source : Borja Echeverría, rédacteur expert en contenus médicaux et de santé. Passionné de la psychologie et de la neuroscience. Toujours à la recherche de nouvelles sources, nouvelles et tendances. Conseils, thérapies, curiosités, traitements…”

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

This post is also available in: Espagnol